"Les consommateurs en Belgique ont payé plus pour leur bière préférée du fait de la stratégie délibérée d'AB InBev visant à limiter les ventes transfrontières entre les Pays-Bas et la Belgique. Les tentatives d'entreprises dominantes de cloisonner le marché unique afin de maintenir des prix élevés sont illégales", a déclaré la commissaire à la Concurrence, Margrethe Vestager, justifiant cette décision.

Les pratiques du géant brassicole louvaniste ont privé les consommateurs des avantages du marché unique, à savoir un choix plus large et des prix moins élevés, a jugé la Commission. Pour ce faire, le brasseur a utilisé plusieurs procédés contrevenant aux règles européennes.

AB InBev a entre autres modifié l'emballage de certains de ses produits Jupiler fournis aux détaillants et aux grossistes aux Pays-Bas afin de les rendre plus difficiles à vendre en Belgique, notamment en supprimant la version française des informations obligatoires de l'étiquette, ainsi qu'en changeant la présentation et la taille des canettes de bières.

Le brasseur a également limité les volumes de bière Jupiler fournis à un grossiste aux Pays-Bas, afin de limiter les importations de ces produits vers la Belgique, ou encore subordonné certaines promotions-clients sur la bière offertes à un détaillant aux Pays-Bas à l'interdiction, pour ce dernier, d'appliquer les mêmes promotions à ses clients en Belgique.

Comme AB InBev a coopéré à l'enquête de la Commission et reconnu les infractions, une réduction d'amende de 15% lui a été accordée par la Commission.