Ces ouvriers font partie du "pôle de démantèlement" et doivent être chargés de démonter le haut-fourneau 6 de Seraing. Mais depuis la signature de l'accord, ils affirment être payés "pour ne rien faire" car la cellule "démantèlement" n'a toujours pas été créée.

En attendant, ils ont été placés dans l'asbl Udil.ge, qui a été créée pour utiliser les compétences des ouvriers dans d'autres entreprises de la région. L'association ne fonctionne toutefois pas encore vraiment.

L'avocate de la dizaine d'ouvriers, Me Fatima Omari, annonce le dépôt cette semaine d'un dossier auprès du tribunal du travail.

Ces ouvriers font partie du "pôle de démantèlement" et doivent être chargés de démonter le haut-fourneau 6 de Seraing. Mais depuis la signature de l'accord, ils affirment être payés "pour ne rien faire" car la cellule "démantèlement" n'a toujours pas été créée. En attendant, ils ont été placés dans l'asbl Udil.ge, qui a été créée pour utiliser les compétences des ouvriers dans d'autres entreprises de la région. L'association ne fonctionne toutefois pas encore vraiment. L'avocate de la dizaine d'ouvriers, Me Fatima Omari, annonce le dépôt cette semaine d'un dossier auprès du tribunal du travail.