Acerta a demandé à 680 entreprises d'évaluer leur politique de ressources humaines. 83% affirment que les processus de RH donnent les résultats escomptés et 87% sont confiants que les employés des RH connaissent leurs responsabilités. 79 % des personnes interrogées confirment que les gens du département RH connaissent leur métier. 73% investissent également dans la mise à jour de ces connaissances. Les personnes interrogées indiquent que grâce aux fédérations professionnelles, les secrétariats sociaux, les consultants en ressources humaines, etc., l'offre est également suffisante en Belgique.

Hannelore Van Meldert d'Acerta : "Les départements RH sont dotés d'un personnel RH possédant les connaissances nécessaires. C'est suffisant pour effectuer le travail quotidien. Mais les ressources humaines ont aussi besoin de la capacité de saisir et d'implémenter les changements. 52% sont certains que le département RH dispose des capacités nécessaires pour mettre en oeuvre les changements alors que près de la moitié n'est pas totalement convaincue".

40 % des entreprises interrogées doutent que le département RH soit prêt pour l'avenir. Cependant, les systèmes et outils utilisés aujourd'hui par l'administration RH sont régulièrement sauvegardés et conformes aux exigences légales.

Hannelore Van Meldert : "En Belgique, les exigences légales sont suivies de près. Les salaires, par exemple, sont généralement versés par l'un des secrétariats sociaux reconnus. Pour le travail d'aujourd'hui, les systèmes et les outils RH fonctionnent bien. Mais ce n'est pas suffisant. Une entreprise doit aussi s'armer pour relever les défis de l'avenir. La formation continue, la pénurie de main-d'oeuvre, le travail faisable et flexible... Ce sont là des défis actuels qui exigent tous une vision à long terme et qui sont tous liés au département RH." Manifestement, les ressources humaines se concentrent trop sur les activités quotidiennes et les entreprises se rendent compte que leur politique RH doit également penser davantage à long terme.