Electrabel a payé 35 millions d'euros d'impôts en 2010, sur un bénéfice de 808 millions d'euros, ce qui correspond à un taux d'imposition de 4,33 %, rapporte De Morgen lundi sur base des comptes annuels que l'entreprise énergétique vient de publier.

On savait déjà qu'Electrabel bénéficiait d'un taux d'imposition bas : en 2008, elle avait retouché 94 millions d'euros de l'Etat belge. En 2009, le taux d'imposition était d'à peine 0,04 %, avec un prélèvement d'un demi-million d'euros sur un bénéfice d'un demi-milliard d'euros. Le taux de base de l'impôt des sociétés s'élève pourtant à 33,99 % en Belgique.

"On sait depuis longtemps qu'Electrabel fait de l'optimalisation fiscale d'une manière parfaitement légale, notamment en contractant de gros emprunts auprès de sa maison mère, ce qui lui permet de déduire fiscalement les intérêts", constate Kristof Calvo dans De Morgen. Le député Groen! veut que l'on tienne compte des impôts payés dans le calcul de la rente nucléaire.

Trends.be, avec Belga

Electrabel a payé 35 millions d'euros d'impôts en 2010, sur un bénéfice de 808 millions d'euros, ce qui correspond à un taux d'imposition de 4,33 %, rapporte De Morgen lundi sur base des comptes annuels que l'entreprise énergétique vient de publier.On savait déjà qu'Electrabel bénéficiait d'un taux d'imposition bas : en 2008, elle avait retouché 94 millions d'euros de l'Etat belge. En 2009, le taux d'imposition était d'à peine 0,04 %, avec un prélèvement d'un demi-million d'euros sur un bénéfice d'un demi-milliard d'euros. Le taux de base de l'impôt des sociétés s'élève pourtant à 33,99 % en Belgique."On sait depuis longtemps qu'Electrabel fait de l'optimalisation fiscale d'une manière parfaitement légale, notamment en contractant de gros emprunts auprès de sa maison mère, ce qui lui permet de déduire fiscalement les intérêts", constate Kristof Calvo dans De Morgen. Le député Groen! veut que l'on tienne compte des impôts payés dans le calcul de la rente nucléaire.Trends.be, avec Belga