Tant le nombre de demandeurs d'emploi indemnisés que celui des non-demandeurs d'emploi indemnisés ont baissé en 2015. Ils ont respectivement diminué de 9% (417.432 unités en 2015) et de 15,9% (chômeurs plus âgés dispensés) et 6% (chômeurs avec complément d'entreprise dispensés). Ces baisses s'expliquent par trois facteurs. D'une part, la Belgique a connu une croissance modérée de 1,4% en 2015, créant, selon la Banque nationale, 37.500 emplois. Il faut également tenir compte de l'effet démographique: la population active et la population en âge de travailler augmentant moins qu'auparavant tandis que les départs à la pension se font plus nombreux. Enfin, la limitation à trois ans du droit aux allocations d'insertion, mesure qui a pris ses effets à partir du 1er janvier 2015, a sensiblement réduit le nombre de chômeurs indemnisés. Selon les chiffres de l'Onem, 29.155 chômeurs qui percevaient des allocations d'insertion au cours des mois précédents sont arrivés en fin de droit au cours de l'année 2015. Selon l'Onem, "une bonne moitié de la diminution du chômage indemnisé observée entre 2014 et 2015 est directement imputable à cette modification réglementaire qui continue à engendrer, chaque mois, un certain nombre de fins de droit supplémentaires". Le recul, à un an d'écart, du nombre de chômeurs indemnisés en 2015 s'est élevé à 4,3% en Flandre, 12,5% en Wallonie et 10,7% à Bruxelles. L'Onem observe que cette baisse plus marquée en Wallonie et à Bruxelles s'explique par un nombre proportionnellement plus élevé d'allocataires d'insertion, en particulier de longue durée. Par ailleurs, 2015 a aussi été marquée par une forte baisse (-18,7%) du nombre de chômeurs de moins de 25 ans et une diminution (-10,1%) du chômage temporaire. Enfin, l'Onem signale un recul de 5,4% du nombre total d'allocataires à sa charge. (Belga)

Tant le nombre de demandeurs d'emploi indemnisés que celui des non-demandeurs d'emploi indemnisés ont baissé en 2015. Ils ont respectivement diminué de 9% (417.432 unités en 2015) et de 15,9% (chômeurs plus âgés dispensés) et 6% (chômeurs avec complément d'entreprise dispensés). Ces baisses s'expliquent par trois facteurs. D'une part, la Belgique a connu une croissance modérée de 1,4% en 2015, créant, selon la Banque nationale, 37.500 emplois. Il faut également tenir compte de l'effet démographique: la population active et la population en âge de travailler augmentant moins qu'auparavant tandis que les départs à la pension se font plus nombreux. Enfin, la limitation à trois ans du droit aux allocations d'insertion, mesure qui a pris ses effets à partir du 1er janvier 2015, a sensiblement réduit le nombre de chômeurs indemnisés. Selon les chiffres de l'Onem, 29.155 chômeurs qui percevaient des allocations d'insertion au cours des mois précédents sont arrivés en fin de droit au cours de l'année 2015. Selon l'Onem, "une bonne moitié de la diminution du chômage indemnisé observée entre 2014 et 2015 est directement imputable à cette modification réglementaire qui continue à engendrer, chaque mois, un certain nombre de fins de droit supplémentaires". Le recul, à un an d'écart, du nombre de chômeurs indemnisés en 2015 s'est élevé à 4,3% en Flandre, 12,5% en Wallonie et 10,7% à Bruxelles. L'Onem observe que cette baisse plus marquée en Wallonie et à Bruxelles s'explique par un nombre proportionnellement plus élevé d'allocataires d'insertion, en particulier de longue durée. Par ailleurs, 2015 a aussi été marquée par une forte baisse (-18,7%) du nombre de chômeurs de moins de 25 ans et une diminution (-10,1%) du chômage temporaire. Enfin, l'Onem signale un recul de 5,4% du nombre total d'allocataires à sa charge. (Belga)