La faillite de la filiale belgo-luxembourgeoise de ce groupe spécialisé en informatique avait été prononcée il y a quelques semaines. Deux repreneurs, les entreprises d'ICT Cegeka et Connectis, ont pu reprendre 110 emplois mais pour 220 salariés, aucune solution n'a été trouvée.

La faillite de la filiale belgo-luxembourgeoise de ce groupe spécialisé en informatique avait été prononcée il y a quelques semaines. Deux repreneurs, les entreprises d'ICT Cegeka et Connectis, ont pu reprendre 110 emplois mais pour 220 salariés, aucune solution n'a été trouvée.