Ces collaborateurs sont sous contrats étrangers, la plupart suisses, et accompagnent les touristes sur leur lieu de villégiature. Les premiers rapatriements devraient intervenir dans les prochains jours. "Ce n'est pas évident pour tout le monde", concède Els De Coster, responsable au syndical libéral (ACLVB). "Ces gens ont souvent fait leur vie et leur carrière là-bas." Les syndicats ont à nouveau rencontré la direction mercredi et continueront à le faire tous les jours. Les 75 travailleurs qui font partie des entités en faillite seront aidés. Pour les 501 travailleurs de Thomas Cook Retail Belgique, entité qui a demandé la protection contre ses créanciers dans le cadre de la loi sur la continuité des entreprises, l'incertitude plane. Le chômage économique pourrait être une solution pour certaines fonctions moins sollicitées. D'autres employés sont actuellement pleinement occupés par le suivi des clients encore à l'étranger ou ceux dont le voyage a été annulé. (Belga)