Il importe qu'on ne vous voie pas comme un conformiste, comme un robot car vous êtes tellement meilleur que les autres. Vous faites votre boulot en un temps record de sorte que vous ne devez pas rester plus longtemps.
Rester plus longtemps parce que tout le monde le fait : c'est la malédiction de la vie de bureau moderne. Nous pensons tous que tout le monde nous observe comme nous les observons. Qu'on regarde qui est le premier à prendre la pause ou à rentrer chez lui, attirant sur lui les foudres du patron. Mais c'est un mythe. Celui qui part le premier, ne rate rien. Il libère les autres. Rentrez chez vous et libérez-nous, s'il vous plaît.
Les gens pensent que partir tôt _ ou en fait partir à l'heure prévue dans le contrat _ les fait passer pour des tires au flanc. Mais si vous partez avec assurance et honnêtement, cela n'arrivera pas. Vous serez par contre considéré comme tel si vous partez en douce par la porte de derrière. Donc, quand vous partez, faites un signe à vos collègues et dites bien haut : "Le dernier voudra bien éteindre la lumière ?" Nul besoin d'ajouter que s'ils étaient tous aussi bons que vous, ils auraient aussi été tous prêts à temps. Mais vous pouvez le penser.

Source : Richard Templar, 'Les 110 règles d'or du travail'

Il importe qu'on ne vous voie pas comme un conformiste, comme un robot car vous êtes tellement meilleur que les autres. Vous faites votre boulot en un temps record de sorte que vous ne devez pas rester plus longtemps. Rester plus longtemps parce que tout le monde le fait : c'est la malédiction de la vie de bureau moderne. Nous pensons tous que tout le monde nous observe comme nous les observons. Qu'on regarde qui est le premier à prendre la pause ou à rentrer chez lui, attirant sur lui les foudres du patron. Mais c'est un mythe. Celui qui part le premier, ne rate rien. Il libère les autres. Rentrez chez vous et libérez-nous, s'il vous plaît. Les gens pensent que partir tôt _ ou en fait partir à l'heure prévue dans le contrat _ les fait passer pour des tires au flanc. Mais si vous partez avec assurance et honnêtement, cela n'arrivera pas. Vous serez par contre considéré comme tel si vous partez en douce par la porte de derrière. Donc, quand vous partez, faites un signe à vos collègues et dites bien haut : "Le dernier voudra bien éteindre la lumière ?" Nul besoin d'ajouter que s'ils étaient tous aussi bons que vous, ils auraient aussi été tous prêts à temps. Mais vous pouvez le penser. Source : Richard Templar, 'Les 110 règles d'or du travail'