"Nous avons conclu un accord le mois dernier avec Boeing pour onze des dix-sept familles que nous représentons", a confirmé à l'AFP Alexandra Wisner, une des avocates en charge de ces dossiers au cabinet Wisner Law Firm à Chicago.

Elle s'est dite "optimiste" pour les six autres dossiers et n'a pas souhaité dire s'il y avait des points de blocage avec Boeing.

D'après une source proche, l'accord, qui est confidentiel, prévoit que le constructeur aéronautique américain verse au moins 1,2 million de dollars par victime.

Autrement dit, s'il y avait trois membres d'une même famille -- un couple et un enfant par exemple -- ce montant sera multiplié par trois.

Contacté par l'AFP, Boeing n'a pas répondu dans l'immédiat.

Cet accord est distinct du fonds spécifique mis en place par Boeing pour indemniser les familles des victimes des accidents des 737 MAX de Lion Air et d'Ethiopian Airlines du 10 mars dernier (157 morts).

Dans le cadre de ce fonds, Boeing a promis de verser 144.500 dollars à chaque famille des 346 victimes et avait clairement déclaré, via la voix du célèbre avocat américain Kenneth Feinberg: "Le fonds est séparé et à part de tout contentieux. Le fonds est purement volontaire; personne n'est forcé d'y participer".

Outre les clients du cabinet Wisner, Boeing fait face à environ une quarantaine d'autres plaintes liées au crash de Lion Air devant les tribunaux de Chicago, ville abritant son siège.

Le nombre d'actions judiciaires recensées jusqu'ici pour Ethiopian Airlines est de 97, avec des victimes qui sont originaires de plus d'une trentaine de pays.

"Les négociations (pour les familles des victimes du crash d'Ethiopian Airlines) n'ont pas encore commencé mais elles devraient l'être dans les prochaines semaines", a déclaré mercredi Alexandra Wisner.

Dans les deux accidents, le système anti-décrochage MCAS, spécialement conçu pour le 737 MAX, a été mis en cause par les enquêtes préliminaires.