Au terme de négociations marathon qui ont duré toute la nuit, les deux parties ont choisi le 16 septembre comme date de réouverture du site, a annoncé le ministre sud-coréen de l'Unification. Les entreprises sud-coréennes installées à Kaesong, à 10 km de la frontière entre les deux voisins, côté nord-coréen, pourront aussitôt reprendre leurs activités. A l'issue d'une réunion à la mi-août, les deux parties avaient décidé de réouvrir ce site, qui abrite 123 entreprises sud-coréennes et rapporte de précieuses devises étrangères à la Corée du Nord. Mais aucune date n'avait été fixée pour la reprise des activités. La zone d'activités de Kaesong, créée en 2004, a été fermée unilatéralement par Pyongyang en avril dernier, après des semaines de très vives tensions sur la péninsule, provoquées par un troisième essai nucléaire nord-coréen et une nouvelle salve de sanctions internationales à l'égard du régime communiste. La zone d'activités de Kaesong est cruciale pour l'économie nord-coréenne car elle est une source de devises étrangères. Avant sa fermeture, 53.000 salariés nord-coréens y travaillaient. (Belga)

Au terme de négociations marathon qui ont duré toute la nuit, les deux parties ont choisi le 16 septembre comme date de réouverture du site, a annoncé le ministre sud-coréen de l'Unification. Les entreprises sud-coréennes installées à Kaesong, à 10 km de la frontière entre les deux voisins, côté nord-coréen, pourront aussitôt reprendre leurs activités. A l'issue d'une réunion à la mi-août, les deux parties avaient décidé de réouvrir ce site, qui abrite 123 entreprises sud-coréennes et rapporte de précieuses devises étrangères à la Corée du Nord. Mais aucune date n'avait été fixée pour la reprise des activités. La zone d'activités de Kaesong, créée en 2004, a été fermée unilatéralement par Pyongyang en avril dernier, après des semaines de très vives tensions sur la péninsule, provoquées par un troisième essai nucléaire nord-coréen et une nouvelle salve de sanctions internationales à l'égard du régime communiste. La zone d'activités de Kaesong est cruciale pour l'économie nord-coréenne car elle est une source de devises étrangères. Avant sa fermeture, 53.000 salariés nord-coréens y travaillaient. (Belga)