Comment les entreprises peuvent-elles agir pour préserver leurs activités autant que faire se peut et préparer la reprise qui devrait suivre ? La rédaction de Trends-Tendances vous donne des clés en répondant à neuf questions allant de la gestion des trésoreries à la prospection commerciale quand les foires et salons sont annulés, en passant par le recours, le plus efficace possible, au télétravail et aux vidéos-conférences. Et, parce que la gravité de la situation n'empêche pas les clins d'oeil, on développe ces réponses au Covid-19 dans les pages suivantes.

Toutefois, pour certaines entreprises, l'épidémie peut aussi booster les ventes. La savonnerie Pollet (Tournai) a pu le constater : elle est littéralement assaillie de commandes de gel hydroalcoolique depuis le début de l'année. Et cela vient de partout : Chine, Singapour, Roumanie... " Le plus compliqué, c'est de trouver les flacons qui sont en rupture de stock ", explique le directeur général Jean-Nicolas d'Hondt dans L'Avenir. Heureusement, on prévoit toujours un plan B pour ce genre de situation, mais cela n'a pas le même coût." Il assure toutefois que la savonnerie ne profitera pas de la situation pour augmenter ses prix. " C'est notre rôle entrepreneurial et sociétal de répondre à la demande", dit-il.

Pas loin de là, à Mons, une autre entreprise voit aussi les demandes affluer : AMB Ecosteryl fournit des machines de traitement des déchets médicaux qui intéressent énormément les autorités chinoises. L'entreprise, qui a une capacité de production d'une quinzaine de machines par an, pourrait faire appel à la sous-traitance régionale pour doubler temporairement sa production.

-
© -

L'épidémie de Covid-19 va-t-elle plomber l'économie mondiale ? Les experts ont déjà annoncé un impact négatif sur la croissance mondiale, ne serait-ce qu'en raison du brutal coup de frein dans les usines chinoises. L'OCDE la voit chuter à 2,4% (au lieu des 2,9% initialement prévus), soit le niveau le plus bas depuis la crise de 2008. L'organisation internationale s'exprimait avant la mesure de quarantaine généralisée de l'Italie. Cela pourrait bien entendu accentuer la chute, surtout si d'autres pays ou régions adoptent aussi, dans les prochaines semaines, des mesures de restriction des déplacements. La Belgique ne va pas jusque-là. Le Conseil national de sécurité, qui réunit tous les gouvernements, ne conseille pas la fermeture des écoles ou des entreprises mais invite à une "distanciation sociale" accrue: télétravail quand c'est possible, flexibilité horaire pour étaler l'utilisation des transports en commun (et éviter les concentrations de population aux heures de pointe), report des fêtes scolaires et des rassemblements de plus de 1.000 personnes, etc.

Enfin, la société Pharmasimple (La Louvière) a annoncé qu'elle pouvait livrer jusqu'à 3 millions de masques protecteurs pour les autorités et hôpitaux belges, en pratiquant des prix en dessous de ceux du marché actuel.

Cliquez ici pour télécharger gratuitement notre dossier print de 19 pages sur le Covid-19.

Vous souhaitez vous abonner à Trends-Tendances? Découvrez notre offre temporaire! 5 euros pour 4 numéros.

Comment les entreprises peuvent-elles agir pour préserver leurs activités autant que faire se peut et préparer la reprise qui devrait suivre ? La rédaction de Trends-Tendances vous donne des clés en répondant à neuf questions allant de la gestion des trésoreries à la prospection commerciale quand les foires et salons sont annulés, en passant par le recours, le plus efficace possible, au télétravail et aux vidéos-conférences. Et, parce que la gravité de la situation n'empêche pas les clins d'oeil, on développe ces réponses au Covid-19 dans les pages suivantes. Toutefois, pour certaines entreprises, l'épidémie peut aussi booster les ventes. La savonnerie Pollet (Tournai) a pu le constater : elle est littéralement assaillie de commandes de gel hydroalcoolique depuis le début de l'année. Et cela vient de partout : Chine, Singapour, Roumanie... " Le plus compliqué, c'est de trouver les flacons qui sont en rupture de stock ", explique le directeur général Jean-Nicolas d'Hondt dans L'Avenir. Heureusement, on prévoit toujours un plan B pour ce genre de situation, mais cela n'a pas le même coût." Il assure toutefois que la savonnerie ne profitera pas de la situation pour augmenter ses prix. " C'est notre rôle entrepreneurial et sociétal de répondre à la demande", dit-il. Pas loin de là, à Mons, une autre entreprise voit aussi les demandes affluer : AMB Ecosteryl fournit des machines de traitement des déchets médicaux qui intéressent énormément les autorités chinoises. L'entreprise, qui a une capacité de production d'une quinzaine de machines par an, pourrait faire appel à la sous-traitance régionale pour doubler temporairement sa production. L'épidémie de Covid-19 va-t-elle plomber l'économie mondiale ? Les experts ont déjà annoncé un impact négatif sur la croissance mondiale, ne serait-ce qu'en raison du brutal coup de frein dans les usines chinoises. L'OCDE la voit chuter à 2,4% (au lieu des 2,9% initialement prévus), soit le niveau le plus bas depuis la crise de 2008. L'organisation internationale s'exprimait avant la mesure de quarantaine généralisée de l'Italie. Cela pourrait bien entendu accentuer la chute, surtout si d'autres pays ou régions adoptent aussi, dans les prochaines semaines, des mesures de restriction des déplacements. La Belgique ne va pas jusque-là. Le Conseil national de sécurité, qui réunit tous les gouvernements, ne conseille pas la fermeture des écoles ou des entreprises mais invite à une "distanciation sociale" accrue: télétravail quand c'est possible, flexibilité horaire pour étaler l'utilisation des transports en commun (et éviter les concentrations de population aux heures de pointe), report des fêtes scolaires et des rassemblements de plus de 1.000 personnes, etc. Enfin, la société Pharmasimple (La Louvière) a annoncé qu'elle pouvait livrer jusqu'à 3 millions de masques protecteurs pour les autorités et hôpitaux belges, en pratiquant des prix en dessous de ceux du marché actuel.