Citigroup était l'une des banques chargées par Facebook d'accompagner son introduction en Bourse. Les analystes de la banque s'étaient dès lors vus interdire de communiquer des informations financières sur le réseau social pendant une période allant jusqu'à 40 jours après la première cotation de l'action Facebook. Un analyste junior, qui a entre-temps été licencié par Citigroup, avait néanmoins échangé des mails visant à solliciter l'avis de deux travailleurs d'un blog spécialisé, à propos d'un document confidentiel contenant des prévisions non encore publiées de la banque sur Facebook. (JAV)

Citigroup était l'une des banques chargées par Facebook d'accompagner son introduction en Bourse. Les analystes de la banque s'étaient dès lors vus interdire de communiquer des informations financières sur le réseau social pendant une période allant jusqu'à 40 jours après la première cotation de l'action Facebook. Un analyste junior, qui a entre-temps été licencié par Citigroup, avait néanmoins échangé des mails visant à solliciter l'avis de deux travailleurs d'un blog spécialisé, à propos d'un document confidentiel contenant des prévisions non encore publiées de la banque sur Facebook. (JAV)