Le président Nicos Anastasiades a répété, lors de la cérémonie de prestation de serment, que l'île méditerranéenne allait faire face à des "jours difficiles". Cette période nécessitera "premièrement un travail collectif, deuxièmement de la cohérence et de la discipline fiscale et toutes ces mesures qui contribueront à faire redémarrer l'économie aussi vite que possible", a-t-il indiqué. "Je n'ai aucun doute sur le fait que vous accomplirez votre tâche au mieux", a-t-il déclaré à M. Georgiades, un économiste de 40 ans qui occupait auparavant le poste de ministre du Travail. Le gouvernement a mis en place mardi une commission chargée d'enquêter sur la façon dont l'île a été poussée au bord de la faillite, au point de devoir accepter un plan de sauvetage assorti de mesures draconiennes. M. Sarris a dit avoir décidé de quitter son poste car l'enquête doit notamment se pencher sur la période pendant laquelle il a été président en 2012 la deuxième banque du pays, Laïki, mise en faillite dans le cadre du plan de sauvetage. Un nouveau ministre du Travail a également prêté serment mercredi: Mme Zeta Emilianidou. Cette haut fonctionnaire du ministère du Commerce devient la première femme du gouvernement de M. Anastasiades. Au bord de la faillite, Chypre a obtenu le 25 mars un plan de sauvetage international de 10 milliards d'euros, au prix d'une restructuration drastique de son système bancaire, qui va mettre largement à contribution les gros clients des deux grandes banques de l'île et risque d'avoir de graves conséquences pour l'économie du pays. (MUA)

Le président Nicos Anastasiades a répété, lors de la cérémonie de prestation de serment, que l'île méditerranéenne allait faire face à des "jours difficiles". Cette période nécessitera "premièrement un travail collectif, deuxièmement de la cohérence et de la discipline fiscale et toutes ces mesures qui contribueront à faire redémarrer l'économie aussi vite que possible", a-t-il indiqué. "Je n'ai aucun doute sur le fait que vous accomplirez votre tâche au mieux", a-t-il déclaré à M. Georgiades, un économiste de 40 ans qui occupait auparavant le poste de ministre du Travail. Le gouvernement a mis en place mardi une commission chargée d'enquêter sur la façon dont l'île a été poussée au bord de la faillite, au point de devoir accepter un plan de sauvetage assorti de mesures draconiennes. M. Sarris a dit avoir décidé de quitter son poste car l'enquête doit notamment se pencher sur la période pendant laquelle il a été président en 2012 la deuxième banque du pays, Laïki, mise en faillite dans le cadre du plan de sauvetage. Un nouveau ministre du Travail a également prêté serment mercredi: Mme Zeta Emilianidou. Cette haut fonctionnaire du ministère du Commerce devient la première femme du gouvernement de M. Anastasiades. Au bord de la faillite, Chypre a obtenu le 25 mars un plan de sauvetage international de 10 milliards d'euros, au prix d'une restructuration drastique de son système bancaire, qui va mettre largement à contribution les gros clients des deux grandes banques de l'île et risque d'avoir de graves conséquences pour l'économie du pays. (MUA)