"Même si les conséquences sociales sont douloureuses, retirer le plan industriel reviendrait à condamner l'usine de Gosselies. Ce plan industriel est indispensable pour construire un avenir au site de Gosselies. Il vise à créer une usine compétitive, qui resterait un employeur de poids dans la région, en s'adaptant à un environnement économique difficile et extrêmement concurrentiel", souligne Nicolas Polutnik, l'administrateur-délégué de Caterpillar Belgium, cité dans un communiqué. Des travailleurs de Caterpillar Belgium ont installé, dès cinq heures jeudi matin, des piquets devant les accès à l'usine de Gosselies. Par ce mouvement de grève de 24h, le front commun syndical entend répondre aux dernières études livrées par la direction, et qui selon eux sont biaisées. Les syndicats ont également réitéré leur demande d'une levée du plan de restructuration prévoyant 1.400 suppressions d'emploi (1.100 ouvriers et 300 employés). La direction évoque quant à elle, études internes et externes à l'appui, des écarts de compétitivité s'élevant jusqu'à 40% pour certaines activités en comparaison avec d'autres usines du groupe ou des fournisseurs extérieurs à l'entreprise. "La direction comprend que les informations relatives à la compétitivité du site soient difficiles à accepter mais les écarts constatés sont à la mesure du problème que l'entreprise doit résoudre: positionner l'usine de façon favorable à l'horizon 2015 et au-delà, dans un contexte économique difficile", ajoute Caterpillar Belgium. Caterpillar est spécialisé dans la construction d'engins de génie civil. (Belga)

"Même si les conséquences sociales sont douloureuses, retirer le plan industriel reviendrait à condamner l'usine de Gosselies. Ce plan industriel est indispensable pour construire un avenir au site de Gosselies. Il vise à créer une usine compétitive, qui resterait un employeur de poids dans la région, en s'adaptant à un environnement économique difficile et extrêmement concurrentiel", souligne Nicolas Polutnik, l'administrateur-délégué de Caterpillar Belgium, cité dans un communiqué. Des travailleurs de Caterpillar Belgium ont installé, dès cinq heures jeudi matin, des piquets devant les accès à l'usine de Gosselies. Par ce mouvement de grève de 24h, le front commun syndical entend répondre aux dernières études livrées par la direction, et qui selon eux sont biaisées. Les syndicats ont également réitéré leur demande d'une levée du plan de restructuration prévoyant 1.400 suppressions d'emploi (1.100 ouvriers et 300 employés). La direction évoque quant à elle, études internes et externes à l'appui, des écarts de compétitivité s'élevant jusqu'à 40% pour certaines activités en comparaison avec d'autres usines du groupe ou des fournisseurs extérieurs à l'entreprise. "La direction comprend que les informations relatives à la compétitivité du site soient difficiles à accepter mais les écarts constatés sont à la mesure du problème que l'entreprise doit résoudre: positionner l'usine de façon favorable à l'horizon 2015 et au-delà, dans un contexte économique difficile", ajoute Caterpillar Belgium. Caterpillar est spécialisé dans la construction d'engins de génie civil. (Belga)