L'un de ces sites, l'usine d'assemblage final de Long Beach en Californie, sera d'ailleurs fermé en 2015, une fois sortis des chaînes les 22 appareils encore dans le carnet de commandes. "Les réductions de postes commenceront dès 2014 et se poursuivront jusqu'à la fermeture" de l'usine, précise le communiqué du groupe. En ajoutant les 650 sous-traitants avec lesquels travaille Boeing, la production du C-17, un concurrent de l'A400M de l'avionneur européen Airbus, représentait quelque 20.000 emplois, indique encore Boeing. "Mettre fin à la production du C-17 est une décision très difficile mais nécessaire", a commenté Dennis Muilenburg, responsable de la division Défense, espace et sécurité du groupe américain, dans le communiqué. "Nos clients dans le monde sont confrontés à des environnements budgétaires très durs", qui "ne permettent pas d'achats supplémentaires dans la durée requise pour garder la ligne de production ouverte", a-t-il expliqué. "De plus, ici aux Etats-Unis, les coupes automatiques dans les budgets fédéraux ont créé d'importantes difficultés de planification pour nos clients et l'ensemble du secteur aéronautique", a ajouté M. Muilenburg. Boeing prévoit de passer une charge de 100 millions de dollars dans ses comptes du trimestre en cours suite à sa décision, mais assure que cela n'aura pas d'effet sur sa prévision annuelle. (Belga)

L'un de ces sites, l'usine d'assemblage final de Long Beach en Californie, sera d'ailleurs fermé en 2015, une fois sortis des chaînes les 22 appareils encore dans le carnet de commandes. "Les réductions de postes commenceront dès 2014 et se poursuivront jusqu'à la fermeture" de l'usine, précise le communiqué du groupe. En ajoutant les 650 sous-traitants avec lesquels travaille Boeing, la production du C-17, un concurrent de l'A400M de l'avionneur européen Airbus, représentait quelque 20.000 emplois, indique encore Boeing. "Mettre fin à la production du C-17 est une décision très difficile mais nécessaire", a commenté Dennis Muilenburg, responsable de la division Défense, espace et sécurité du groupe américain, dans le communiqué. "Nos clients dans le monde sont confrontés à des environnements budgétaires très durs", qui "ne permettent pas d'achats supplémentaires dans la durée requise pour garder la ligne de production ouverte", a-t-il expliqué. "De plus, ici aux Etats-Unis, les coupes automatiques dans les budgets fédéraux ont créé d'importantes difficultés de planification pour nos clients et l'ensemble du secteur aéronautique", a ajouté M. Muilenburg. Boeing prévoit de passer une charge de 100 millions de dollars dans ses comptes du trimestre en cours suite à sa décision, mais assure que cela n'aura pas d'effet sur sa prévision annuelle. (Belga)