Selon la première estimation de l'office européen de statistiques Eurostat, le taux d'inflation était de 0,1% en novembre sur un an, exactement comme en octobre.

Pour novembre, les économistes tablaient sur une légère progression (inflation à 0,2%).

Le chiffre de novembre était particulièrement attendu par les économistes, cet indicateur étant déterminant avant la réunion jeudi de la Banque centrale européenne (BCE).

"L'inflation inchangée en zone euro et plus faible qu'escomptée est l'ultime feu vert pour la BCE", a estimé Jonathan Loynes, économiste de Capital Economics, dans une note d'analyse.

Et l'économiste de Howard Archer de IHS de renchérir après ces chiffres: "Il n'y a quasiment pas de doute sur le fait que la BCE prendra de nouvelles mesures lors de sa réunion de jeudi" pour faire remonter les prix dans la zone euro.

La BCE, qui soutient déjà l'économie de la zone euro à coups de milliards d'euros, s'apprête à passer jeudi à la vitesse supérieure, passant outre les réserves de certains gouverneurs et d'une partie des observateurs.

Sans surprise, c'est encore la chute des prix de l'énergie en novembre (-7,3%) qui a entraîné à la baisse l'ensemble des prix dans la zone euro. Le recul était encore plus important en octobre: -8,5%.

Parmi les autres composantes, l'alimentation, l'alcool et le tabac devraient connaître le taux en glissement annuel le plus élevé en novembre (+1,5%, comparé à +1,6% octobre), suivis par les services (+1,1%, comparé à +1,3% le mois d'avant) et les biens industriels non énergétiques (+0,5%, comparé à +0,6%).

L'inflation sous-jacente (hors énergie, produits alimentaires, boissons alcoolisées et tabac), plus révélatrice de la tendance, est passée de 1,1% en octobre sur un an à 0,9% en novembre.

Selon la première estimation de l'office européen de statistiques Eurostat, le taux d'inflation était de 0,1% en novembre sur un an, exactement comme en octobre.Pour novembre, les économistes tablaient sur une légère progression (inflation à 0,2%).Le chiffre de novembre était particulièrement attendu par les économistes, cet indicateur étant déterminant avant la réunion jeudi de la Banque centrale européenne (BCE)."L'inflation inchangée en zone euro et plus faible qu'escomptée est l'ultime feu vert pour la BCE", a estimé Jonathan Loynes, économiste de Capital Economics, dans une note d'analyse.Et l'économiste de Howard Archer de IHS de renchérir après ces chiffres: "Il n'y a quasiment pas de doute sur le fait que la BCE prendra de nouvelles mesures lors de sa réunion de jeudi" pour faire remonter les prix dans la zone euro.La BCE, qui soutient déjà l'économie de la zone euro à coups de milliards d'euros, s'apprête à passer jeudi à la vitesse supérieure, passant outre les réserves de certains gouverneurs et d'une partie des observateurs.Sans surprise, c'est encore la chute des prix de l'énergie en novembre (-7,3%) qui a entraîné à la baisse l'ensemble des prix dans la zone euro. Le recul était encore plus important en octobre: -8,5%. Parmi les autres composantes, l'alimentation, l'alcool et le tabac devraient connaître le taux en glissement annuel le plus élevé en novembre (+1,5%, comparé à +1,6% octobre), suivis par les services (+1,1%, comparé à +1,3% le mois d'avant) et les biens industriels non énergétiques (+0,5%, comparé à +0,6%).L'inflation sous-jacente (hors énergie, produits alimentaires, boissons alcoolisées et tabac), plus révélatrice de la tendance, est passée de 1,1% en octobre sur un an à 0,9% en novembre.