Le gourou des marchés s'était jusqu'alors montré frileux vis-à-vis des nouvelles technologies, concédant "ne pas bien comprendre" les entreprises de ce secteur et leur modèle économique.

L'homme d'affaires américain se dit désormais "fan" d'Amazon, se qualifiant au passage d'idiot pour ne pas avoir investi plus tôt dans le géant du web créé par Jeff Bezos.

Il avait également attendu 2016 pour monter au capital d'Apple, alors que sa participation est désormais valorisée à 50 milliards de dollars.

Amazon n'en finit plus de croître, avec un bénéfice ayant plus que doublé au premier trimestre par rapport à la même période de l'an dernier.