La jeune pousse bruxelloise Keyrock lève 900.000 euros. Bouclé en trois mois à peine, le tour de table est mené par Volta Ventures, le fonds d'investissement dirigé par Frank Maene. Le fonds bruxellois Seeder Fund, le family office luxembourgeois TNN Capital et deux investisseurs actifs dans le monde des cryptomonnaies participent également à cette levée de fonds.

La start-up Keyrock, qui occupe sept personnes à Bruxelles, se spécialise dans les technologies liées à la blockchain et aux cryptomonnaies. La capitalisation du marché crypto atteint aujourd'hui 325 milliards d'euros, selon le site spécialisé Coinmarketcap. Il a connu un nouvel intérêt de la part du grand public suite à la progression fulgurante du cours du bitcoin fin 2017. Pourtant, selon les fondateurs de la jeune entreprise, ce marché est encore caractérisé par une certaine immaturité.

"Il y a un réel engouement autour des cryptos, constate Kevin De Patoul, co-fondateur de Keyrock. Mais les plateformes d'échanges de cryptomonnaies sont confrontées à certains problèmes d'inefficience, notamment en raison de trop faibles liquidités. Nous voulons aider à rendre le marché plus professionnel."

Lisser les prix

Keyrock développe une technologie qui permet aux plateformes d'échanges d'améliorer leur infrastructure et de faire face à ces éventuels problèmes de liquidités. La start-up se connecte aux API (interfaces de programmation) des plateformes d'échanges pour recueillir les données relatives aux ordres de vente et d'achat de cryptomonnaies. "Cela nous permet de linéariser le marché et de lisser les prix, ce qui a un impact positif sur la liquidité des échanges", explique Kevin De Patoul.

La start-up développe également des algorithmes de trading à haute fréquence, sur le modèle de ceux développés dans le marché boursier traditionnel. Ces outils ne sont pas proposés aux particuliers, mais là aussi aux plateformes d'échange de cryptomonnaies, dans un objectif d'amélioration de leurs services aux investisseurs.

Keyrock est l'une des rares start-up belges actives dans le secteur des cryptomonnaies. "Le secteur est naissant en Belgique, mais ce n'est pas un problème pour nous, observe Jérémy De Groodt, co-fondateur de Keyrock. Le marché des cryptos est un marché mondial, avec des acteurs présents partout dans le monde. Démarrer à partir de la Belgique n'apporte aucune limitation."