Le total des créances irrécouvrables en Belgique s'est cependant réduit, de 2,8% à 2,7% du chiffre d'affaires des entreprises, ce qui correspond à un montant de 8,8 milliards d'euros. "Si ce montant était investi dans la création d'emplois, quelque 113.000 postes de travail pourraient être créés en Belgique", note Intrum Jutitia. En Europe, le total des créances irrécouvrables a par contre augmenté, de 3 à 3,1%.

En cas de retard de paiement de l'un de leurs clients, les entreprises belges attendent 91 jours avant de faire appel à une aide professionnelle et subissent une perte moyenne de 2,7%. Pourtant, en réagissant plus vite, elles pourraient générer 1,9 milliard d'euros de cash supplémentaire, "ce qui équivaut à 25.000 nouveaux emplois si cette somme est intégralement affectée à la création d'emploi".

"Malgré les premières rumeurs de reprise économique, trois entreprises belges sur quatre (74%) affirment ne pas encore en ressentir les effets", souligne Intrum Justitia. Cette situation est confirmée par la majorité des 10.000 entreprises européennes interrogées entre janvier et mars dans le cadre de l'EPI.

Le total des créances irrécouvrables en Belgique s'est cependant réduit, de 2,8% à 2,7% du chiffre d'affaires des entreprises, ce qui correspond à un montant de 8,8 milliards d'euros. "Si ce montant était investi dans la création d'emplois, quelque 113.000 postes de travail pourraient être créés en Belgique", note Intrum Jutitia. En Europe, le total des créances irrécouvrables a par contre augmenté, de 3 à 3,1%. En cas de retard de paiement de l'un de leurs clients, les entreprises belges attendent 91 jours avant de faire appel à une aide professionnelle et subissent une perte moyenne de 2,7%. Pourtant, en réagissant plus vite, elles pourraient générer 1,9 milliard d'euros de cash supplémentaire, "ce qui équivaut à 25.000 nouveaux emplois si cette somme est intégralement affectée à la création d'emploi". "Malgré les premières rumeurs de reprise économique, trois entreprises belges sur quatre (74%) affirment ne pas encore en ressentir les effets", souligne Intrum Justitia. Cette situation est confirmée par la majorité des 10.000 entreprises européennes interrogées entre janvier et mars dans le cadre de l'EPI.