Depuis mardi, la BCE est le superviseur en chef du secteur bancaire dans la zone euro. Le nouveau dispositif de contrôle des banques comporte notamment un mécanisme de dénonciation par lequel le témoin de violations des règles prudentielles au sein d'une banque peut en avertir la BCE.

L'ex-cadre de BNP Paribas Fortis a travaillé au sein du département de gestion des risques. Selon lui, des montants ont été "modifiés manuellement à la baisse". "Des données problématiques, car trop élevées, ont été remplacées par des données inventées de toutes pièces et sans lien avec l'exposition véritable au risque", affirme-t-il.

La banque, quant à elle, dément ces accusations et parle d'ajustements techniques.

Depuis mardi, la BCE est le superviseur en chef du secteur bancaire dans la zone euro. Le nouveau dispositif de contrôle des banques comporte notamment un mécanisme de dénonciation par lequel le témoin de violations des règles prudentielles au sein d'une banque peut en avertir la BCE. L'ex-cadre de BNP Paribas Fortis a travaillé au sein du département de gestion des risques. Selon lui, des montants ont été "modifiés manuellement à la baisse". "Des données problématiques, car trop élevées, ont été remplacées par des données inventées de toutes pièces et sans lien avec l'exposition véritable au risque", affirme-t-il. La banque, quant à elle, dément ces accusations et parle d'ajustements techniques.