La Bourse de Tokyo a annoncé vendredi qu'elle se pencherait sur des accusations de délit d'initié à propos d'entreprises ayant annoncé récemment des augmentations de capital. "Nous avons reçu des plaintes d'investisseurs à propos de délit d'initié et y prêtons toute notre attention, a ainsi déclaré un porte-parole de la place financière. Nous coopérons avec la SESC (Ndlr, le gendarme de la Bourse nippone) à propos de ces plaintes et envisageons une enquête."

Le Financial Times a révélé vendredi que la Bourse et la SESC étudiaient des allégations de délit d'initié lors d'augmentations de capital. Selon le quotidien financier, ils se penchent sur des ventes à découvert, pratique qui consiste à vendre une action qu'on ne possède pas encore dans l'espoir de l'acheter plus tard à un prix inférieur, afin d'empocher un bénéfice.

Le nombre de ces opérations aurait brusquement augmenté pour des titres de sociétés cotées, juste avant que ces entreprises n'annoncent la mise sur le marché de nouvelles actions, a souligné Nicholas Smith, spécialiste du marché d'actions à MF Global.

Trends.be, avec Belga

La Bourse de Tokyo a annoncé vendredi qu'elle se pencherait sur des accusations de délit d'initié à propos d'entreprises ayant annoncé récemment des augmentations de capital. "Nous avons reçu des plaintes d'investisseurs à propos de délit d'initié et y prêtons toute notre attention, a ainsi déclaré un porte-parole de la place financière. Nous coopérons avec la SESC (Ndlr, le gendarme de la Bourse nippone) à propos de ces plaintes et envisageons une enquête."Le Financial Times a révélé vendredi que la Bourse et la SESC étudiaient des allégations de délit d'initié lors d'augmentations de capital. Selon le quotidien financier, ils se penchent sur des ventes à découvert, pratique qui consiste à vendre une action qu'on ne possède pas encore dans l'espoir de l'acheter plus tard à un prix inférieur, afin d'empocher un bénéfice.Le nombre de ces opérations aurait brusquement augmenté pour des titres de sociétés cotées, juste avant que ces entreprises n'annoncent la mise sur le marché de nouvelles actions, a souligné Nicholas Smith, spécialiste du marché d'actions à MF Global.Trends.be, avec Belga