Arrivé en tête, l'ancien ministre de l'Economie devance légèrement, avec 23,86% des voix, la candidate FN Marine Le Pen (21,43%), selon les derniers résultats du ministère de l'Intérieur.

"C'est le scénario parfait dont le marché rêvait désespérément", a commenté pour l'agence Bloomberg News Sebastien Galy, analyste chez Deutsche Bank AG à New York, après le vote du Brexit en juin dernier au Royaume-Uni et l'accession du protectionniste Donald Trump à la Maison Blanche outre-Atlantique.

Aussitôt les premières estimations connues, alors que Sydney se réveillait, l'euro a bondi de 2% par rapport à vendredi, jusqu'à 1,0937 dollar, son plus haut niveau depuis novembre 2016, après la victoire de Donald Trump aux Etats-Unis. Il retombait plus tard autour de 1,0840 dollar.

Vis-à-vis de la devise nippone, délaissée quand les incertitudes se dissipent, la monnaie unique est montée à 120,91 yens, contre 117,07 yens en fin de semaine dernière, avant de repasser sous la barre des 120 yens. Le dollar a lui aussi grimpé, à 110,64 yens (contre 109,15 yens).

"La réaction initiale des marchés a été plus forte que prévu, signe qu'ils étaient sur leurs gardes", a réagi auprès de l'AFP Yuji Saito, analyste des changes au Credit Agricole, basé à Tokyo. "Il y avait de quoi être prudent. C'était une course serrée entre quatre candidats à l'issue difficile à prédire".

A la Bourse de Tokyo, première grande place financière à ouvrir dans la foulée du scrutin français, le Nikkei gagnait 1,34% à la mi-journée, tandis que Sydney comme Séoul évoluaient en hausse. Hong Kong démarrait dans le vert mais fléchissait peu après.

Arrivé en tête, l'ancien ministre de l'Economie devance légèrement, avec 23,86% des voix, la candidate FN Marine Le Pen (21,43%), selon les derniers résultats du ministère de l'Intérieur. "C'est le scénario parfait dont le marché rêvait désespérément", a commenté pour l'agence Bloomberg News Sebastien Galy, analyste chez Deutsche Bank AG à New York, après le vote du Brexit en juin dernier au Royaume-Uni et l'accession du protectionniste Donald Trump à la Maison Blanche outre-Atlantique. Aussitôt les premières estimations connues, alors que Sydney se réveillait, l'euro a bondi de 2% par rapport à vendredi, jusqu'à 1,0937 dollar, son plus haut niveau depuis novembre 2016, après la victoire de Donald Trump aux Etats-Unis. Il retombait plus tard autour de 1,0840 dollar. Vis-à-vis de la devise nippone, délaissée quand les incertitudes se dissipent, la monnaie unique est montée à 120,91 yens, contre 117,07 yens en fin de semaine dernière, avant de repasser sous la barre des 120 yens. Le dollar a lui aussi grimpé, à 110,64 yens (contre 109,15 yens). "La réaction initiale des marchés a été plus forte que prévu, signe qu'ils étaient sur leurs gardes", a réagi auprès de l'AFP Yuji Saito, analyste des changes au Credit Agricole, basé à Tokyo. "Il y avait de quoi être prudent. C'était une course serrée entre quatre candidats à l'issue difficile à prédire". A la Bourse de Tokyo, première grande place financière à ouvrir dans la foulée du scrutin français, le Nikkei gagnait 1,34% à la mi-journée, tandis que Sydney comme Séoul évoluaient en hausse. Hong Kong démarrait dans le vert mais fléchissait peu après.