Le Premier ministre de l'île, William McKeeva Bush, a en effet proposé d'instaurer une taxe de 10 % sur les travailleurs étrangers gagnant plus de 36.000 dollars par an.

Le territoire britannique d'Outre-mer a en effet dépassé sa limite d'emprunt et Londres le presse de mettre en ordre ses finances publiques. Ce serait une première pour ce paradis fiscal des Caraïbes, qui n'a jamais pratiqué l'imposition directe.

L'idée de McKeeva Bush est de faire contribuer les expatriés plutôt que les natifs. C'est pourquoi il a pudiquement dénommé sa taxe "Contribution de soutien à la communauté", suscitant un sacré débat à Georgetown. Certains expatriés ont déjà menacé de se délocaliser vers d'autres rivages fiscaux...

Trends Tendances