"On va avoir une contraction extrêmement sévère de l'activité des banques européennes aux Etats-Unis", a-t-il déclaré lors d'une rencontre avec des journalistes organisée à Paris par l'Association des journalistes économiques et financiers (Ajef).

L'accès des banques européennes à la liquidité en dollars a été rendu plus difficile depuis le début du mois d'août, principalement du fait du désengagement partiel de la plupart des fonds monétaires américaines, traditionnellement grands pourvoyeurs de financement à court terme.

"Il y a un accès à la liquidité en dollars", a néanmoins assuré M. Mariani, précisant que "le marché des +swaps+ est ouvert, liquide, profond". Les swaps sont des produits financiers qui permettent notamment d'échanger des liquidités en euros contre l'équivalent dans une autre devise.

Même si l'accès au dollar n'est pas menacé, "les banques européennes vont devoir revoir leur +business model+ (modèle d'activité) aux Etats-Unis", estime le patron de Dexia.

Par exemple, "le financement sans marge des très grands +corporates+ (entreprises) aux Etats-Unis, parce que ça fait très chic de financer General Motors ou Microsoft, c'est terminé", a-t-il expliqué.

Trends.be avec Belga

"On va avoir une contraction extrêmement sévère de l'activité des banques européennes aux Etats-Unis", a-t-il déclaré lors d'une rencontre avec des journalistes organisée à Paris par l'Association des journalistes économiques et financiers (Ajef). L'accès des banques européennes à la liquidité en dollars a été rendu plus difficile depuis le début du mois d'août, principalement du fait du désengagement partiel de la plupart des fonds monétaires américaines, traditionnellement grands pourvoyeurs de financement à court terme. "Il y a un accès à la liquidité en dollars", a néanmoins assuré M. Mariani, précisant que "le marché des +swaps+ est ouvert, liquide, profond". Les swaps sont des produits financiers qui permettent notamment d'échanger des liquidités en euros contre l'équivalent dans une autre devise. Même si l'accès au dollar n'est pas menacé, "les banques européennes vont devoir revoir leur +business model+ (modèle d'activité) aux Etats-Unis", estime le patron de Dexia. Par exemple, "le financement sans marge des très grands +corporates+ (entreprises) aux Etats-Unis, parce que ça fait très chic de financer General Motors ou Microsoft, c'est terminé", a-t-il expliqué. Trends.be avec Belga