La consommation mondiale d'or noir devrait croître de 1,3 million de barils par jour (mbj) à 96,1 mbj cette année, contre une précédente estimation de 1,4 mbj, a détaillé l'AIE dans son rapport mensuel sur le pétrole.

"Les récents piliers de la croissance de la demande - la Chine et l'Inde - vacillent", a expliqué l'agence basée à Paris.

Un nouveau ralentissement de la croissance de la demande est anticipé pour 2017, avec une hausse de 1,2 mbj à 97,3 mbj.

Dans le même temps, l'offre reste soutenue, en particulier celle en provenance de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) qui a pompé à un niveau quasi record de 33,47 mbj en août - soit 930.000 bj de plus sur un an.

Cela a permis de compenser le déclin de production observé dans les pays tiers en raison de la faiblesse des prix qui ont réduit les investissements, et de limiter à 0,3 mbj la baisse de la production mondiale en août, à 96,9 mbj.

"Le Koweït et les Emirats arabes unis ont pompé à des niveaux sans précédents et l'Irak a augmenté ses livraisons. La production de l'Arabie saoudite s'est élevée à un niveau quasi-record et celle de l'Iran a bondi à 3,64 mbj", un plus haut depuis la levée des sanctions en janvier, a souligné l'AIE.

Ces chiffres traduisent la stratégie offensive de défense des parts de marché adoptée par le cartel pétrolier, qui a permis à son chef de file, l'Arabie saoudite, de ravir aux Etats-Unis leur place de premier producteur mondial de produits pétroliers, a ajouté le bras énergétique de l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques).

"Il se pourrait que cette dynamique offre-demande ne change pas significativement au cours des prochains mois. En conséquence, l'offre continuera à dépasser la demande au moins durant le premier semestre de l'an prochain. (...) Quant au retour à l'équilibre du marché, il semble qu'il faille attendre un peu plus longtemps", a conclu l'AIE.

Et ce, d'autant plus que la production des pays hors Opep devrait se reprendre et augmenter de 380.000 bj en 2017, après un déclin anticipé à 840.000 bj cette année.