Face aux tensions inédites qui agitent la Banque centrale européenne (BCE), celui qui en fut le chief economist durant sept ans prend la défense de Mario Draghi, qui quittera la présidence de l'institution le 1er novembre, cédant sa place à Christine Lagarde. Mais le Belge, qui a défendu les mesures exceptionnelles de soutien à l'économie, s'interroge aussi sur la politique monétaire dans un contexte de démondialisation.
...