Aristote disait d'une monnaie que dans la catégorie de la quantité, elle est un instrument de compte. Que dans la catégorie de la qualité, quand elle est " en acte ", elle est un moyen d'échange. Et que quand elle est " en puissance ", elle permet que ce moyen d'échange constitue des réserves. Alors, le bitcoin ? Il s'agit bien d'un moyen d'échange, mais pour quelques rares biens seulement, le plus souvent illicites d'ailleurs : dans le trafic de drogue, d'armes, pour le versement de rançons. Permet-il de constituer des réserves ? Oui, mais c'est un moyen très peu fiable dans la mesure où son cours par rapport aux devises fluctue follement. Un instrument de compte ? A peine, et pour la même raison.
...