"Le secteur bancaire va continuer à être sous haute pression", a prédit l'agence dans un communiqué.

En raison des conditions actuelles, "la détérioration va continuer pendant les 12 à 18 prochains mois", avertit Moody's dans ce texte.

Cette perspective négative s'explique du fait de l'importante exposition des banques grecques à la dette souveraine de la Grèce, dont 50% sera effacée à la suite d'une décision de la zone euro fin octobre sur la décote des titres grecs détenus par les banques et autres créanciers privés (assurances, caisses de retraites, etc.).

Moody's estime que "l'exposition des banques à la dette grecque, qui dépasse les 50 milliards d'euros, va avoir des répercussions sur la solvabilité de la plupart des banques grecques".

Trends.be, avec Belga

"Le secteur bancaire va continuer à être sous haute pression", a prédit l'agence dans un communiqué. En raison des conditions actuelles, "la détérioration va continuer pendant les 12 à 18 prochains mois", avertit Moody's dans ce texte. Cette perspective négative s'explique du fait de l'importante exposition des banques grecques à la dette souveraine de la Grèce, dont 50% sera effacée à la suite d'une décision de la zone euro fin octobre sur la décote des titres grecs détenus par les banques et autres créanciers privés (assurances, caisses de retraites, etc.). Moody's estime que "l'exposition des banques à la dette grecque, qui dépasse les 50 milliards d'euros, va avoir des répercussions sur la solvabilité de la plupart des banques grecques". Trends.be, avec Belga