Attendue depuis longtemps, cette décision doit empêcher que les crises bancaires contaminent les finances publiques des Etats. La recapitalisation directe des banques est l'un des éléments majeurs d'une "union bancaire" lancée il y a un an par les chefs d'Etat et de gouvernement. Le dossier se traînait depuis des mois en raison des réticences de l'Allemagne à lancer un système auquel elle devra largement contribuer.

Jeudi soir, une décision a été prise sur le principe d'une recapitalisation des banques par le MSE. Echafaudé en pleine crise des dettes souveraines, ce Mécanisme devait initialement servir uniquement à aider des Etats en détresse. Il pourra à l'avenir servir à refinancer des banques d'un pays - et éviter ainsi que la patate chaude soit repassée au gouvernement, mettant le pays à son tour en difficulté.

La recapitalisation pourra même être rétroactive: les banques espagnoles, irlandaises et grecques, déjà sous perfusion indirecte, pourront y faire appel. Ces demandes seront examinées "au cas par cas".

Attendue depuis longtemps, cette décision doit empêcher que les crises bancaires contaminent les finances publiques des Etats. La recapitalisation directe des banques est l'un des éléments majeurs d'une "union bancaire" lancée il y a un an par les chefs d'Etat et de gouvernement. Le dossier se traînait depuis des mois en raison des réticences de l'Allemagne à lancer un système auquel elle devra largement contribuer. Jeudi soir, une décision a été prise sur le principe d'une recapitalisation des banques par le MSE. Echafaudé en pleine crise des dettes souveraines, ce Mécanisme devait initialement servir uniquement à aider des Etats en détresse. Il pourra à l'avenir servir à refinancer des banques d'un pays - et éviter ainsi que la patate chaude soit repassée au gouvernement, mettant le pays à son tour en difficulté. La recapitalisation pourra même être rétroactive: les banques espagnoles, irlandaises et grecques, déjà sous perfusion indirecte, pourront y faire appel. Ces demandes seront examinées "au cas par cas".