Ce nouvel organe aura pour vocation de rassembler, en un seul endroit, une série de profils de Mastercard qui travaillent sur les questions liées à la cybersécurité en Europe. Ce centre de pointe aura pour objectif de " favoriser la collaboration entre les secteurs public et privé mais aussi les organismes de réglementation afin d'encourager la résilience d...

Ce nouvel organe aura pour vocation de rassembler, en un seul endroit, une série de profils de Mastercard qui travaillent sur les questions liées à la cybersécurité en Europe. Ce centre de pointe aura pour objectif de " favoriser la collaboration entre les secteurs public et privé mais aussi les organismes de réglementation afin d'encourager la résilience des entreprises dans la région ", précise la firme. Le spécialiste des paiements et cartes de crédit a développé une réelle expertise en matière de cybersécurité. Le choix de Waterloo pour l'unique centre de ce type en Europe n'a rien de surprenant : Mastercard y dispose déjà de son headquarter européen où travaillent environ 500 personnes. Le bâtiment, actuellement en rénovation, prévoit un espace dédié à ce nouveau centre. Pour le moment, la firme ne dévoile ni les montants qui seront investis à cet effet ni le nombre de personnes qui y travailleront. Il y a moins d'un mois, une annonce similaire a toutefois été faite pour l'inauguration d'un Intelligence and Cyber Centre à Vancouver et le groupe y a annoncé 510 millions de dollars d'investissements pour un total de 380 emplois. Difficile de comparer : la mission du centre canadien semble plus large puisqu'elle touchera aussi aux questions d'intelligence artificielle et d'Internet des objets. Mais cela peut donner une indication. Le choix de Waterloo doit aussi permettre à Mastercard de se rapprocher des différentes institutions en Europe qui traitent de ces questions de cybersecurité : les centres nationaux de renseignement sur la cybercriminalité, les groupes sectoriels, les forces de l'ordre et les banques centrales d'Europe (BCE, Interpol, Europol).