Le premier marché d'assurance et de réassurance londonien a décidé d'implanter sa filiale européenne à Bruxelles afin de conserver un accès sans entrave au continent face aux incertitudes soulevées par le Brexit. La CEO de Lloyd's a annoncé son intention de voir les activités de la branche lancées dans la capitale dès le 1er janvier 2019.

"Je suis très heureux qu'une institution internationalement réputée et respectée comme Lloyd's ait choisi Bruxelles", a salué M. Van Overtveldt dans une courte déclaration. "Les discussions intensives que nous avons menées ces derniers mois ont donné des résultats. Cela montre aussi que la position de Bruxelles comme centre financier s'améliore, ce qui pourrait inspirer d'autres assureurs et institutions financières spécialisées, dans lesquels Bruxelles a déjà une forte tradition."

Lloyd's of London établira à Bruxelles sa nouvelle filiale européenne pour anticiper les conséquences du Brexit sur l'accès du Royaume-Uni au marché intérieur européen. "Il est important que nous soyons en mesure de fournir au marché et aux clients une solution efficace permettant que les entreprises puissent poursuivre leurs activités sans interruption lorsque le Royaume-Uni quittera l'UE", indique la CEO de Lloyd's.

Le Royaume-Uni a officiellement déclenché la procédure de sortie du pays de l'UE mercredi midi en remettant, au président du Conseil européen Donald Tusk, la notification officielle de l'activation de l'article 50 du TFUE.

Dublin et Luxembourg avaient aussi été évoqués ces derniers mois parmi les choix possibles. "Bruxelles rassemble les éléments essentiels fournissant un cadre réglementaire solide dans un emplacement central en Europe, et permettra à Lloyd's de continuer à offrir son expertise de souscription spécialisée à ses clients", a expliqué sa directrice générale.

M. Michel a été en contact régulier avec le patron de Lloyd's, John Nelson. Les deux hommes s'étaient notamment rencontrés au Forum économique mondial de Davos, où le Premier ministre avait exposé les plans du gouvernement pour faire de la capitale un véritable centre financier. "Nous savions que Bruxelles était sur la 'short list'", a commenté avec enthousiasme M. Michel auprès de l'agence Belga. "Les contacts ont visiblement été utiles", a-t-il conclu.

Le Lloyd's est le leader mondial de l'assurance spécialisée. Il s'agit du premier grand acteur financier de la City à déplacer ses activités de Londres à l'Europe continentale. C'est également une première européenne pour Lloyd's qui ne s'y était encore jamais implanté. On ignore pour l'instant le nombre d'emplois qui seront créés grâce à cette arrivée.

Des dizaines d'emplois

L'antenne bruxelloise de Lloyd's of London sera opérationnelle en 2019 et la venue du groupe d'assurances britannique s'accompagnera de dizaines d'emplois, a précisé jeudi le président de Lloyd's, John Nelson.

Le nombre précis de personnes engagées à Bruxelles n'est pas encore connu, mais il tourne plutôt autour de dizaines que de centaines, un temps évoquées.

Une belle aubaine, selon Assuralia

L'arrivée à Bruxelles de Lloyd's London constitue une belle aubaine pour la Belgique, a commenté jeudi l'association professionnelle des assurances, Assuralia.

"C'est certainement une bonne nouvelle. C'est une reconnaissance de Bruxelles comme centre financier et comme potentiel point de chute pour des acteurs internationaux sur le marché de l'assurance. C'est une aubaine pour la Belgique", a commenté un porte-parole d'Assuralia.

L'arrivée du groupe britannique ne devrait toutefois pas avoir un énorme impact sur le marché belge de l'assurance car Lloyd's peut déjà offrir ses services aujourd'hui en Belgique. En termes d'emploi, le porte-parole d'Assuralia table sur quelques dizaines de personnes engagées par Lloyd's of London à Bruxelles.

Le porte-parole précise encore que le groupe britannique n'est pas un simple assureur. "Chez Lloyd's, il y a la demande et l'offre. Et ce n'est pas une compagnie d'assurances unique. Il y a plusieurs fournisseurs. L'un actif dans l'assurance voiture, l'autre dans le secteur maritime, encore un autre dans les compagnies aériennes ou les projets cinématographiques... L'accent est mis sur les assurances de dommages et non les assurances vie."

Le premier marché d'assurance et de réassurance londonien a décidé d'implanter sa filiale européenne à Bruxelles afin de conserver un accès sans entrave au continent face aux incertitudes soulevées par le Brexit. La CEO de Lloyd's a annoncé son intention de voir les activités de la branche lancées dans la capitale dès le 1er janvier 2019. "Je suis très heureux qu'une institution internationalement réputée et respectée comme Lloyd's ait choisi Bruxelles", a salué M. Van Overtveldt dans une courte déclaration. "Les discussions intensives que nous avons menées ces derniers mois ont donné des résultats. Cela montre aussi que la position de Bruxelles comme centre financier s'améliore, ce qui pourrait inspirer d'autres assureurs et institutions financières spécialisées, dans lesquels Bruxelles a déjà une forte tradition." Lloyd's of London établira à Bruxelles sa nouvelle filiale européenne pour anticiper les conséquences du Brexit sur l'accès du Royaume-Uni au marché intérieur européen. "Il est important que nous soyons en mesure de fournir au marché et aux clients une solution efficace permettant que les entreprises puissent poursuivre leurs activités sans interruption lorsque le Royaume-Uni quittera l'UE", indique la CEO de Lloyd's. Le Royaume-Uni a officiellement déclenché la procédure de sortie du pays de l'UE mercredi midi en remettant, au président du Conseil européen Donald Tusk, la notification officielle de l'activation de l'article 50 du TFUE. Dublin et Luxembourg avaient aussi été évoqués ces derniers mois parmi les choix possibles. "Bruxelles rassemble les éléments essentiels fournissant un cadre réglementaire solide dans un emplacement central en Europe, et permettra à Lloyd's de continuer à offrir son expertise de souscription spécialisée à ses clients", a expliqué sa directrice générale. M. Michel a été en contact régulier avec le patron de Lloyd's, John Nelson. Les deux hommes s'étaient notamment rencontrés au Forum économique mondial de Davos, où le Premier ministre avait exposé les plans du gouvernement pour faire de la capitale un véritable centre financier. "Nous savions que Bruxelles était sur la 'short list'", a commenté avec enthousiasme M. Michel auprès de l'agence Belga. "Les contacts ont visiblement été utiles", a-t-il conclu. Le Lloyd's est le leader mondial de l'assurance spécialisée. Il s'agit du premier grand acteur financier de la City à déplacer ses activités de Londres à l'Europe continentale. C'est également une première européenne pour Lloyd's qui ne s'y était encore jamais implanté. On ignore pour l'instant le nombre d'emplois qui seront créés grâce à cette arrivée.L'antenne bruxelloise de Lloyd's of London sera opérationnelle en 2019 et la venue du groupe d'assurances britannique s'accompagnera de dizaines d'emplois, a précisé jeudi le président de Lloyd's, John Nelson. Le nombre précis de personnes engagées à Bruxelles n'est pas encore connu, mais il tourne plutôt autour de dizaines que de centaines, un temps évoquées.L'arrivée à Bruxelles de Lloyd's London constitue une belle aubaine pour la Belgique, a commenté jeudi l'association professionnelle des assurances, Assuralia."C'est certainement une bonne nouvelle. C'est une reconnaissance de Bruxelles comme centre financier et comme potentiel point de chute pour des acteurs internationaux sur le marché de l'assurance. C'est une aubaine pour la Belgique", a commenté un porte-parole d'Assuralia. L'arrivée du groupe britannique ne devrait toutefois pas avoir un énorme impact sur le marché belge de l'assurance car Lloyd's peut déjà offrir ses services aujourd'hui en Belgique. En termes d'emploi, le porte-parole d'Assuralia table sur quelques dizaines de personnes engagées par Lloyd's of London à Bruxelles. Le porte-parole précise encore que le groupe britannique n'est pas un simple assureur. "Chez Lloyd's, il y a la demande et l'offre. Et ce n'est pas une compagnie d'assurances unique. Il y a plusieurs fournisseurs. L'un actif dans l'assurance voiture, l'autre dans le secteur maritime, encore un autre dans les compagnies aériennes ou les projets cinématographiques... L'accent est mis sur les assurances de dommages et non les assurances vie."