Une hausse de 77% "qui s'explique essentiellement par les perceptions sur bonis de liquidation", relève une note du SPF Finances, que relaie jeudi L'Echo.

Le concept de boni de liquidation recouvre les sommes que se partagent les associés d'une société dissoute, après réalisation des actifs, paiement du personnel, passage des créanciers et restitution des acquis.

En gros, il s'agit des bénéfices qui n'ont pas été distribués du temps du vivant de l'entreprise. Des bonis taxés à hauteur de 10%, jusqu'à la date fatidique du 1er octobre 2014, où l'addition montait à 25% - une mesure du gouvernement Di Rupo. Qui avait toutefois prévu une mesure transitoire afin d'éviter des liquidations massives: la taxe restait à 10% si ces bonis distribués étaient réinjectés dans la société, sous forme de capital.

Une hausse de 77% "qui s'explique essentiellement par les perceptions sur bonis de liquidation", relève une note du SPF Finances, que relaie jeudi L'Echo.Le concept de boni de liquidation recouvre les sommes que se partagent les associés d'une société dissoute, après réalisation des actifs, paiement du personnel, passage des créanciers et restitution des acquis. En gros, il s'agit des bénéfices qui n'ont pas été distribués du temps du vivant de l'entreprise. Des bonis taxés à hauteur de 10%, jusqu'à la date fatidique du 1er octobre 2014, où l'addition montait à 25% - une mesure du gouvernement Di Rupo. Qui avait toutefois prévu une mesure transitoire afin d'éviter des liquidations massives: la taxe restait à 10% si ces bonis distribués étaient réinjectés dans la société, sous forme de capital.