Cette histoire, dramatique pour ses proches, serait restée dans l'intimité familiale s'il n'était pas le cofondateur, au Canada, d'une plateforme de trading en bitcoin. De fait, si un négociant en or conserve ses réserves dans un coffre dont on perdrait la clé, il serait toujours possible de le forcer. Par contre, le détenteur de bitcoins, ou son gestionnaire, n'a qu'un ordinateur et une clé de cryptage, bien plus difficile à forcer. L'histoire du malheureux M. Cotten prend donc une tout autre dimension quand on sait qu'il détenait pour 190 millions de dollars de bitcoins pour le compte de ses clients et que sa compagne, malgré d'intenses recherches, ne trouve aucun signe de la clé de cryptage, forçant l'entreprise Quadriga en question à se mettre sous la protection de ses créanciers.
...