Selon ING, les Belges auraient dépensé 12 % en moins qu'en mai 2019. Le nombre de transactions est lui aussi 19 % plus faible. L'étude a analysé 79 millions de transactions entre fin avril et fin mai 2019 et 2020. D'une année à l'autre, les Belges ont divisé par trois leurs dépenses et leurs transactions. Par contre, nous avons dépensé plus d'argent dans des vêtements et des produits de beauté qu'en 2019. Il en ressort également que les grandes entreprises d'e-commerce sont les grands gagnants de cette crise et que de plus en plus de Belges tournent le dos aux paiements en espèces. Le Belge dépense donc globalement moins qu'en 2019, mais plus dans certains secteurs

Plus de dépenses dans des vêtements, des produits de beauté, des services de crèche et supermarchés

Depuis l'ouverture des magasins du 11 mai, les Belges ont dépensé 17 % de plus dans les vêtements et les produits de beauté qu'en 2019 alors que ce chiffre avait chuté de 61 % pendant le confinement. Une hypothèse de cette hausse est que la population n'a fait que postposer ces achats.

Fait moins étonnant : les dépenses en lien avec les enfants ont également fortement augmenté après le 11 mai. ING constate une augmentation de 17 % des dépenses lors de la deuxième moitié de la phase du déconfinement, après un déclin de 68 %.

Les supermarchés et petites épiceries continuent de profiter de la crise du coronavirus. Ils voient leurs recettes augmenter de plus de 20 %, tant pendant la phase 1 que la phase 2 de l'assouplissement des mesures de confinement. Ils sont, sans équivoque, les grands gagnants du confinement.

Malgré le déconfinement, les Belges continuent d'acheter en ligne

Pendant le confinement, les Belges ont effectué 66 % de transactions en plus que l'année passée auprès des grandes boutiques en ligne telles qu'Amazon, Bol.com et Zalando. Cette hausse s'élevait encore à 55 % lors de la première phase du déconfinement, puis à 46 % lors de la seconde phase. Les consommateurs belges ont ainsi réalisé 85 % d'achats en plus sur ces trois sites que l'année passée.

Moins de paiements en espèces

Pour éviter le contact avec d'éventuelles monnaies contaminées ou guichets de banque, les Belges se sont rendus moins souvent au distributeur automatique. Par rapport à l'année dernière, le nombre de retraits a chuté de 37 % lors de la deuxième phase de déconfinement.

Selon ING, les Belges auraient dépensé 12 % en moins qu'en mai 2019. Le nombre de transactions est lui aussi 19 % plus faible. L'étude a analysé 79 millions de transactions entre fin avril et fin mai 2019 et 2020. D'une année à l'autre, les Belges ont divisé par trois leurs dépenses et leurs transactions. Par contre, nous avons dépensé plus d'argent dans des vêtements et des produits de beauté qu'en 2019. Il en ressort également que les grandes entreprises d'e-commerce sont les grands gagnants de cette crise et que de plus en plus de Belges tournent le dos aux paiements en espèces. Le Belge dépense donc globalement moins qu'en 2019, mais plus dans certains secteursDepuis l'ouverture des magasins du 11 mai, les Belges ont dépensé 17 % de plus dans les vêtements et les produits de beauté qu'en 2019 alors que ce chiffre avait chuté de 61 % pendant le confinement. Une hypothèse de cette hausse est que la population n'a fait que postposer ces achats.Fait moins étonnant : les dépenses en lien avec les enfants ont également fortement augmenté après le 11 mai. ING constate une augmentation de 17 % des dépenses lors de la deuxième moitié de la phase du déconfinement, après un déclin de 68 %.Les supermarchés et petites épiceries continuent de profiter de la crise du coronavirus. Ils voient leurs recettes augmenter de plus de 20 %, tant pendant la phase 1 que la phase 2 de l'assouplissement des mesures de confinement. Ils sont, sans équivoque, les grands gagnants du confinement.Pendant le confinement, les Belges ont effectué 66 % de transactions en plus que l'année passée auprès des grandes boutiques en ligne telles qu'Amazon, Bol.com et Zalando. Cette hausse s'élevait encore à 55 % lors de la première phase du déconfinement, puis à 46 % lors de la seconde phase. Les consommateurs belges ont ainsi réalisé 85 % d'achats en plus sur ces trois sites que l'année passée.Pour éviter le contact avec d'éventuelles monnaies contaminées ou guichets de banque, les Belges se sont rendus moins souvent au distributeur automatique. Par rapport à l'année dernière, le nombre de retraits a chuté de 37 % lors de la deuxième phase de déconfinement.