Vous avez peut-être remarqué, dans les gares et les endroits publics, ces affiches en faveur de NewB, le projet de banque coopérative et éthique porté par 52.000 coopérateurs et 160 ONG... Cette campagne n'est pas innocente : depuis le 25 octobre et jusqu'au 27 novembre, NewB est engagée dans une opération d'augmentation de capital qui doit lui permettre de récolter 30 millions d'euros d'argent frais. Faute de quoi, la banque ne verra pas le jour.

Depuis le mois de février dernier, date à laquelle NewB a introduit une demande pour avoir une licence lui permettant d'opérer comme une banque véritable (accueillir des dépôts et octroyer des crédits), la coopérative est en effet engagée dans une course d'obstacles. Elle a discuté ces derniers mois avec la Banque nationale (BNB) de la composition du nouveau conseil d'administration, de la solidité du business plan (qui prévoit un bénéfice à partir de la cinquième année d'existence), de la plateforme informatique et de la politique de crédit. Mais la BNB et la Banque centrale européenne (BCE) qui doivent donner le feu vert au plus tard en février prochain, exigent aussi que le capital de NewB passe de 15 à 45 millions d'euros. Ce capital musclé doit assurer à NewB un tampon suffisant pour lui permettre, explique la BNB, " de résorber les pertes éventuelles projetées des premières années sans mettre en péril le respect des ratios de solvabilité imposés à toutes les banques ".

10.000 souscripteurs

La souscription s'effectue via le site de NewB. " Le souscripteur bénéfice d'une double garantie, explique Bernard Bayot, qui préside la coopérative. Les montants apportés sont déposés sur un compte sous séquestre de Belfius. Si NewB ne parvient pas à récolter ses 30 millions d'euros ou si, après avoir récolté ces 30 millions, NewB ne se voit quand même pas octroyer une licence bancaire, les souscripteurs seront remboursés. "

Mais que deviendrait le projet sans cette licence ? " Nous n'avons pas de plan B ", répond Bernard Bayot. Aujourd'hui, NewB, sans être une banque, commercialise déjà une carte prépayée et des polices d'assurance et pourrait poursuivre ces activités demain. " Mais sans licence bancaire, nous convoquerions bien sûr une assemblée des coopérateurs pour décider de l'avenir ", ajoute Bernard Bayot.

Selon les derniers comptages, effectués ce jeudi en fin d'après-midi, la banque coopérative en devenir a déjà récolté ce jeudi 12 millions d'euros (pour 15.000 souscripteurs). Les souscriptions s'intensifient, puisque 1,9 million d'euros ont été engrangés ces dernières 24 heures, précise le président de NewB, Bernard Bayot. Parmi les investisseurs, on note les Scouts de Belgique (pour 50.000 euros) ou la fondation Chimay-Wartoise, qui annonce avoir investi 200.000 euros....