Les dirigeants de la SEC démissionnent habituellement à la fin d'un mandat présidentiel. M. Clayton fait partie des premières personnes nommées par Donald Trump à quitter leur poste.

Son remplaçant devrait donc être nommé par le futur président des Etats-Unis, Joe Biden.

Parmi les noms évoqués dans la presse américaine figure Gary Gensler, qui fut président de l'autorité de régulation des marchés à terme et des produits dérivés, la CFTC, sous Barack Obama, et avocat d'une régulation financière plus stricte.

Preet Bharara, un ancien procureur fédéral de Manhattan débarqué par Donald Trump en mars 2017, est aussi régulièrement cité. Connu entre autres pour avoir poursuivi le fondateur de la société d'investissements spéculatifs SAC Capital Advisors, Steven Cohen, il est le principal auteur d'un rapport publié en début d'année sur la nécessité de clarifier les règles sur les délits d'initiés.

M. Clayton avait fait de la défense des investisseurs particuliers un des piliers de son mandat.

Sous sa houlette, ses services ont mené plus de 10.000 contrôles, infligé 2.750 mesures disciplinaires, et obtenu pour plus de 14 milliards de dollars de pénalités financières. La SEC a aussi payé 565 millions de dollars à des lanceurs d'alerte.

L'agence a aussi fait parler d'elle quand elle a forcé Elon Musk à abandonner son rôle de président du conseil d'administration de Tesla et à payer une amende de 20 millions de dollars après des tweets dont le contenu était susceptible de tromper les investisseurs et d'influencer le cours de l'action.

Parmi les nouvelles règles adoptées sous la présidence de M. Clayton figurent une clarification des obligations fiduciaires des conseillers en investissement envers leurs clients et des moyens plus faciles pour les petites entreprises d'accéder au marché.

"L'écosystème des marchés de capitaux américains est le plus solide et le plus agile au monde, et grâce au travail acharné de l'équipe diversifiée et inclusive de la SEC, nous avons amélioré la protection des investisseurs, favorisé la formation de capital pour les petites et grandes entreprises et permis à nos marchés de fonctionner de manière plus transparente et efficace", s'est félicité M. Clayton dans le communiqué annonçant son départ prochain.

Les dirigeants de la SEC démissionnent habituellement à la fin d'un mandat présidentiel. M. Clayton fait partie des premières personnes nommées par Donald Trump à quitter leur poste. Son remplaçant devrait donc être nommé par le futur président des Etats-Unis, Joe Biden. Parmi les noms évoqués dans la presse américaine figure Gary Gensler, qui fut président de l'autorité de régulation des marchés à terme et des produits dérivés, la CFTC, sous Barack Obama, et avocat d'une régulation financière plus stricte. Preet Bharara, un ancien procureur fédéral de Manhattan débarqué par Donald Trump en mars 2017, est aussi régulièrement cité. Connu entre autres pour avoir poursuivi le fondateur de la société d'investissements spéculatifs SAC Capital Advisors, Steven Cohen, il est le principal auteur d'un rapport publié en début d'année sur la nécessité de clarifier les règles sur les délits d'initiés. M. Clayton avait fait de la défense des investisseurs particuliers un des piliers de son mandat. Sous sa houlette, ses services ont mené plus de 10.000 contrôles, infligé 2.750 mesures disciplinaires, et obtenu pour plus de 14 milliards de dollars de pénalités financières. La SEC a aussi payé 565 millions de dollars à des lanceurs d'alerte. L'agence a aussi fait parler d'elle quand elle a forcé Elon Musk à abandonner son rôle de président du conseil d'administration de Tesla et à payer une amende de 20 millions de dollars après des tweets dont le contenu était susceptible de tromper les investisseurs et d'influencer le cours de l'action.Parmi les nouvelles règles adoptées sous la présidence de M. Clayton figurent une clarification des obligations fiduciaires des conseillers en investissement envers leurs clients et des moyens plus faciles pour les petites entreprises d'accéder au marché. "L'écosystème des marchés de capitaux américains est le plus solide et le plus agile au monde, et grâce au travail acharné de l'équipe diversifiée et inclusive de la SEC, nous avons amélioré la protection des investisseurs, favorisé la formation de capital pour les petites et grandes entreprises et permis à nos marchés de fonctionner de manière plus transparente et efficace", s'est félicité M. Clayton dans le communiqué annonçant son départ prochain.