C'est seulement la troisième fois en vingt ans qu'une baisse est observée. En 2002, la crise des actions technologiques s'était répercutée sur le patrimoine, tandis qu'en 2008, c'est la crise financière qui était en cause. En 2018 également, la diminution du patrimoine financier des Belges s'explique par les mauvais résultats de la bourse de Bruxelles. Le coffre-fort des ménages reste néanmoins bien rempli. A la fin 2007, à la veille de la crise financière, il s'élevait à 934,1 milliards d'euros. L'an dernier, un tiers du patrimoine financier des particuliers se présentait sous forme liquide ou quasi-liquide, sur des livrets d'épargne ou des comptes à vue. La BNB estime aussi que les Belges possèdent 37,3 milliards en cash.