Selon les chiffres de la Banque nationale de Belgique, les administrations fiscales du pays ont sollicité ce registre quelque 2.700 fois l'année dernière, alors qu'il n'est opérationnel que depuis le 1er mai 2014. Le PCC contient plus de 46 millions de numéros comptes bancaires et plus de 17 millions de données de particuliers et de personnes physiques et morales.

Pour certains experts, le recours massif du fisc à cette base de données s'explique par un assouplissement de la loi sur le secret bancaire. Cela étant, ces contrôles n'ont pas (encore) pas mené à la découverte d'importantes fraudes fiscales, selon De Standaard.

Selon les chiffres de la Banque nationale de Belgique, les administrations fiscales du pays ont sollicité ce registre quelque 2.700 fois l'année dernière, alors qu'il n'est opérationnel que depuis le 1er mai 2014. Le PCC contient plus de 46 millions de numéros comptes bancaires et plus de 17 millions de données de particuliers et de personnes physiques et morales. Pour certains experts, le recours massif du fisc à cette base de données s'explique par un assouplissement de la loi sur le secret bancaire. Cela étant, ces contrôles n'ont pas (encore) pas mené à la découverte d'importantes fraudes fiscales, selon De Standaard.