La BCE a commencé à superviser directement en 2019 les filiales du géant suisse UBS ainsi que de trois grandes enseignes de Wall Street, J.P. Morgan, Morgan Stanley et Goldman Sachs et ce "à la suite de relocalisations dans le cadre du Brexit", a indiqué la banque centrale dans un communiqué.

Au total, entre les entrants et les sortants, le nombre de grandes banques directement supervisées par la BCE va passer de 119 en 2019 à 117 grands établissements surveillés depuis Francfort, siège de l'institution.

"Alors que le nombre d'établissements importants a diminué, les banques placées sous la supervision directe de la BCE deviennent généralement plus grandes et plus complexes à mesure que les groupes bancaires consolident ou délocalisent leurs activités du Royaume-Uni vers la zone euro", explique la BCE.

En avril, l'institution avait annoncé une augmentation de plus de 20% de la redevance facturée en 2019 aux banques placées sous sa supervision, la faisant grimper à 576 millions d'euros du fait de la hausse des coûts liés aux préparatifs du Brexit.

Une banque italienne, Cassa Centrale Banca - Credito Cooperativo Italiano, issue d'un mouvement de concentration au sein du secteur coopératif du pays, va par ailleurs passer l'an prochain sous les fourches caudines de la BCE.

Trois banques de développement allemandes - LBBW, Landwirtschaftliche Rentenbank et NRW.BANK - sortent en revanche de l'échantillon.

Il s'agit d'une victoire pour le lobby allemand des banques publiques (VÖB) qui a oeuvré pour que ces établissements soient supervisés par une autorité nationale, le Bafin, gendarme allemand du secteur.