"Nous retournerons sur les marchés en 2017", a affirmé M. Tsipras dans cet entretien à paraître dimanche, dont Real News a rendu publics quelques extraits.

Si elle continue de se financer en partie via des bons du trésor à court terme, la Grèce n'a plus accès aux marchés de capitaux à long et moyen terme depuis le début de la crise de la dette en 2010, à l'exception de deux brefs retours en 2014 sur les marchés de moyen terme, quand elle avait renoué avec une légère croissance.

Le pays, qui a conclu en juillet 2015 un accord pour un troisième prêt avec ses bailleurs de fonds UE et FMI attend désormais le feu vert le 24 mai des ministres des Finances de la zone euro pour le versement de nouvelles tranches de ces fonds.

Après l'adoption par le gouvernement Tsipras de deux douloureuses réformes des retraites et de l'impôt sur le revenu, les grands argentiers de la zone euro ont ouvert la voie en ce sens lors d'une réunion le 9 mai, tout en s'engageant à discuter d'un allègement de la dette grecque.

"Nous retournerons sur les marchés en 2017", a affirmé M. Tsipras dans cet entretien à paraître dimanche, dont Real News a rendu publics quelques extraits. Si elle continue de se financer en partie via des bons du trésor à court terme, la Grèce n'a plus accès aux marchés de capitaux à long et moyen terme depuis le début de la crise de la dette en 2010, à l'exception de deux brefs retours en 2014 sur les marchés de moyen terme, quand elle avait renoué avec une légère croissance. Le pays, qui a conclu en juillet 2015 un accord pour un troisième prêt avec ses bailleurs de fonds UE et FMI attend désormais le feu vert le 24 mai des ministres des Finances de la zone euro pour le versement de nouvelles tranches de ces fonds. Après l'adoption par le gouvernement Tsipras de deux douloureuses réformes des retraites et de l'impôt sur le revenu, les grands argentiers de la zone euro ont ouvert la voie en ce sens lors d'une réunion le 9 mai, tout en s'engageant à discuter d'un allègement de la dette grecque.