L'institution monétaire, qui a cependant maintenu à 1,7% ses prévisions d'inflation pour cette année et les deux suivantes, intègre ainsi le coup de froid enregistré sur la conjoncture dans un contexte commercial international toujours tendu.