L'établissement financier a plaidé coupable d'avoir aidé de riches Américains à dissimuler leurs avoirs dans des paradis fiscaux, selon un communiqué du département de la Justice américain.

Le ministère évoque des rendez-vous secrets de 2000 à 2011 entre les employés de Bank Leumi Group et de riches Américains dans des hôtels, jardins publics et cafés aux Etats-Unis et à travers le monde pour mettre en place des procédés destinés à tromper le fisc américain.

La banque, qui est une filiale de l'une des plus grosses institutions financières israéliennes, Bank Leumi le-Israel, a aussi accepté de livrer plus de 1.500 noms de ses clients américains au DOJ.

C'est la première fois qu'un établissement financier israélien reconnaît les faits en matière d'évasion fiscale aux Etats-Unis, souligne le ministère.

L'accord doit encore être validé par un juge comme le veut la procédure judiciaire américaine.

L'établissement financier a plaidé coupable d'avoir aidé de riches Américains à dissimuler leurs avoirs dans des paradis fiscaux, selon un communiqué du département de la Justice américain. Le ministère évoque des rendez-vous secrets de 2000 à 2011 entre les employés de Bank Leumi Group et de riches Américains dans des hôtels, jardins publics et cafés aux Etats-Unis et à travers le monde pour mettre en place des procédés destinés à tromper le fisc américain. La banque, qui est une filiale de l'une des plus grosses institutions financières israéliennes, Bank Leumi le-Israel, a aussi accepté de livrer plus de 1.500 noms de ses clients américains au DOJ. C'est la première fois qu'un établissement financier israélien reconnaît les faits en matière d'évasion fiscale aux Etats-Unis, souligne le ministère. L'accord doit encore être validé par un juge comme le veut la procédure judiciaire américaine.