Le gouvernement britannique avait déboursé 20,3 milliards de livres en octobre 2008 pour prendre une part de 43,4% dans la banque qui menaçait d'être emportée par la crise des "subprime".

Depuis près de quatre ans, il avait décidé de vendre au fil de l'eau sa participation qui était tombée sous 1% du capital dernièrement.

Lloyds Banking Group, l'un des poids lourds du secteur britannique coté à la Bourse de Londres, s'est félicité dans un communiqué de cette décision qui marque son retour dans le giron privé.

L'Etat britannique a récupéré au total 21,2 milliards de livres (24,6 milliards d'euros), en incluant les dividendes, soit plus que sa mise initiale.

"Le gouvernement a vendu ses dernières actions dans Lloyds Banking Group, recevant davantage d'argent qu'investi au départ", souligne le directeur général de la banque António Horta-Osório, cité dans un communiqué.

Le gouvernement britannique avait déboursé 20,3 milliards de livres en octobre 2008 pour prendre une part de 43,4% dans la banque qui menaçait d'être emportée par la crise des "subprime". Depuis près de quatre ans, il avait décidé de vendre au fil de l'eau sa participation qui était tombée sous 1% du capital dernièrement. Lloyds Banking Group, l'un des poids lourds du secteur britannique coté à la Bourse de Londres, s'est félicité dans un communiqué de cette décision qui marque son retour dans le giron privé. L'Etat britannique a récupéré au total 21,2 milliards de livres (24,6 milliards d'euros), en incluant les dividendes, soit plus que sa mise initiale. "Le gouvernement a vendu ses dernières actions dans Lloyds Banking Group, recevant davantage d'argent qu'investi au départ", souligne le directeur général de la banque António Horta-Osório, cité dans un communiqué.