Selon le communiqué, l'Etat belge réalisera un gain en capital "d'environ 900 millions d'euros" à la clôture de la transaction. Cette annonce intervient à deux jours d'un rapport que la Commission européenne sur la santé budgétaire de la Belgique.

L'opération, qui avait été éventée en début de soirée, permettra au pays de diminuer quelque peu son endettement public, et de le refaire passer sous la barre symbolique des 100% de son PNB.

"Le produit de cession de 3.250 millions d'euros va aider l'Etat belge à atteindre ses objectifs en terme de dette publique", ont d'ailleurs confirmé le Premier ministre Elio Di Rupo et son ministre des Finances, Koen Geens mercredi soir. "Par ailleurs, l'Etat belge salue l'investissement très important de BNP Paribas réalisé en Belgique pour l'installation de deux data centers pour l'ensemble du groupe", ont-ils ajouté.

Selon eux, la prise de contrôle à 100% de Fortis par BNP Paribas ne minera en rien l'ancrage belge de la banque. "Le plan stratégique de BNP Paribas Fortis "Bank for the Future" communiqué le 25 mars 2013 sera poursuivi et la gouvernance de BNP Paribas Fortis continuera de refléter l'identité belge de l'institution, notamment via une représentation appropriée de membres indépendants belges au conseil d'administration jusqu'en 2020, et via le maintien en Belgique de centres d'expertise", assure ainsi le communiqué.

S'il cède ses parts dans Fortis, l'Etat belge reste toutefois actionnaire de BNP Paribas dont il détient 10% du capital.

Selon le communiqué, l'Etat belge réalisera un gain en capital "d'environ 900 millions d'euros" à la clôture de la transaction. Cette annonce intervient à deux jours d'un rapport que la Commission européenne sur la santé budgétaire de la Belgique. L'opération, qui avait été éventée en début de soirée, permettra au pays de diminuer quelque peu son endettement public, et de le refaire passer sous la barre symbolique des 100% de son PNB. "Le produit de cession de 3.250 millions d'euros va aider l'Etat belge à atteindre ses objectifs en terme de dette publique", ont d'ailleurs confirmé le Premier ministre Elio Di Rupo et son ministre des Finances, Koen Geens mercredi soir. "Par ailleurs, l'Etat belge salue l'investissement très important de BNP Paribas réalisé en Belgique pour l'installation de deux data centers pour l'ensemble du groupe", ont-ils ajouté. Selon eux, la prise de contrôle à 100% de Fortis par BNP Paribas ne minera en rien l'ancrage belge de la banque. "Le plan stratégique de BNP Paribas Fortis "Bank for the Future" communiqué le 25 mars 2013 sera poursuivi et la gouvernance de BNP Paribas Fortis continuera de refléter l'identité belge de l'institution, notamment via une représentation appropriée de membres indépendants belges au conseil d'administration jusqu'en 2020, et via le maintien en Belgique de centres d'expertise", assure ainsi le communiqué. S'il cède ses parts dans Fortis, l'Etat belge reste toutefois actionnaire de BNP Paribas dont il détient 10% du capital.