Les ventes de produits et services ont nettement reculé suite au confinement, entraînant avec elles les recettes de la TVA, une rentrée financière non négligeable pour l'État.

Les rentrées liées à la TVA et les taxes qui y sont associées se sont élevées à 1,39 milliard d'euros. À titre comparaison, nous étions à 2,63 milliards un an plus tôt, en mars 2019. C'est donc 1,2 milliard en moins dans les caisses publiques. Les chiffres ne sont pas encore connus pour avril.

Les données provisoires pour les accises liées à différents produits sont déjà connues pour avril. Pour l'alcool, c'est un recul de 12,5 millions d'euros par rapport à avril 2019. Et si l'on ajoute la baisse déjà observée en mars dernier, on arrive à une perte cumulée de 27,7 millions.

La chute est encore plus notable pour les accises sur les produits énergétiques et l'électricité. Comme le confinement n'a débuté que dans la seconde partie du mois, mars enregistre une hausse de 9,5 millions d'euros. Mais en avril, c'est moins 183,2 millions d'un coup dont 125 millions pour le gasoil et 55 millions pour l'essence.Seul le mazout de chauffage est parvenu à tirer son épingle du jeu avec une progression de 4,2 millions en avril. En tout, les accises en avril ont généré 354,7 millions alors qu'on était encore à 537 un mois plus tôt.

Quant au tabac qui, lui aussi, est soumis au régime des accises. Là aussi, la baisse est conséquente : -54 millions en mars et -23,5 millions en avril.

Les ventes de produits et services ont nettement reculé suite au confinement, entraînant avec elles les recettes de la TVA, une rentrée financière non négligeable pour l'État. Les rentrées liées à la TVA et les taxes qui y sont associées se sont élevées à 1,39 milliard d'euros. À titre comparaison, nous étions à 2,63 milliards un an plus tôt, en mars 2019. C'est donc 1,2 milliard en moins dans les caisses publiques. Les chiffres ne sont pas encore connus pour avril. Les données provisoires pour les accises liées à différents produits sont déjà connues pour avril. Pour l'alcool, c'est un recul de 12,5 millions d'euros par rapport à avril 2019. Et si l'on ajoute la baisse déjà observée en mars dernier, on arrive à une perte cumulée de 27,7 millions. La chute est encore plus notable pour les accises sur les produits énergétiques et l'électricité. Comme le confinement n'a débuté que dans la seconde partie du mois, mars enregistre une hausse de 9,5 millions d'euros. Mais en avril, c'est moins 183,2 millions d'un coup dont 125 millions pour le gasoil et 55 millions pour l'essence.Seul le mazout de chauffage est parvenu à tirer son épingle du jeu avec une progression de 4,2 millions en avril. En tout, les accises en avril ont généré 354,7 millions alors qu'on était encore à 537 un mois plus tôt. Quant au tabac qui, lui aussi, est soumis au régime des accises. Là aussi, la baisse est conséquente : -54 millions en mars et -23,5 millions en avril.