Cet accord, selon De Tijd, a été passé lors de la cession de parts bénéficiaires que l'ACW possédait dans Belfius. L'ACW doit aussi s'abstenir d'appeler ses membres à quitter le bancassureur pour une autre institution financière.

Belfius a payé 110 millions d'euros à l'occasion de la cession des parts bénéficiaires par l'ACW, dont 70 immédiatement et 40 par tranches de quatre millions en dix ans. La dernière tranche ne serait versée que si l'ACW n'a pas porté préjudice à Belfius comme stipulé, précise De Tijd.

Ces éléments s'ajoutent aux révélations des derniers jours sur les accords entre les deux institutions, non connus.

Le ministre des Finances Steven Vanackere (CD&V), proche de l'ACW, sera interrogé à ce sujet à la Chambre, ce jeudi après-midi. Ses partenaires libéraux lui réclament la plus grande transparence.

Cet accord, selon De Tijd, a été passé lors de la cession de parts bénéficiaires que l'ACW possédait dans Belfius. L'ACW doit aussi s'abstenir d'appeler ses membres à quitter le bancassureur pour une autre institution financière. Belfius a payé 110 millions d'euros à l'occasion de la cession des parts bénéficiaires par l'ACW, dont 70 immédiatement et 40 par tranches de quatre millions en dix ans. La dernière tranche ne serait versée que si l'ACW n'a pas porté préjudice à Belfius comme stipulé, précise De Tijd. Ces éléments s'ajoutent aux révélations des derniers jours sur les accords entre les deux institutions, non connus. Le ministre des Finances Steven Vanackere (CD&V), proche de l'ACW, sera interrogé à ce sujet à la Chambre, ce jeudi après-midi. Ses partenaires libéraux lui réclament la plus grande transparence.