Jerome Powell a déclaré que ses collègues du Comité monétaire et lui-même continueront d'établir la politique monétaire conformément aux prérogatives légales de la Fed, à savoir soutenir un emploi maximum et des prix stables, souligne l'institution dans un communiqué. Ils prendront des décisions "en se fondant uniquement sur une analyse prudente, objective et non politique", ajoute le texte.

De son côté, le président républicain a fait état "d'une très bonne réunion et d'une réunion cordiale à la Maison Blanche avec Jay (Jerome) Powell" dans un tweet au ton inhabituellement amical. "Nous avons discuté de tout y compris les taux d'intérêt, les taux négatifs, la faible inflation, le renforcement du dollar et ses effets sur le secteur manufacturier, le commerce avec la Chine, l'UE et autres, etc.", a ajouté Donald Trump qui a souvent violemment critiqué les décisions de la Fed et son patron, qu'il a pourtant lui-même nommé.

Il y a quelques mois, l'hôte de la Maison Blanche a même déclaré sur Twitter qu'il regrettait cette nomination et avait rendu responsable la Fed du ralentissement économique des Etats-Unis.

Dans un deuxième tweet lundi soir, Donald Trump a toutefois indiqué avoir regretté, au cours de la réunion, que "notre taux de la Fed est trop élevé par rapport aux taux d'intérêt d'autres pays concurrents". "Un dollar trop fort qui nuit aux industriels et à la croissance!", a-t-il ajouté.

Cette réunion lundi, qui avait pour but de discuter de l'économie, de la croissance, de l'emploi et de l'inflation, s'est déroulée à la demande du président et en présence du secrétaire au Trésor Steven Mnuchin, a précisé la Fed. Elle souligne que M. Powell s'en est tenu aux déclarations qu'il a faites lors de ses audiences devant le Congrès la semaine dernière.

"Il n'a pas discuté de ses attentes en matière de politique monétaire, sauf pour souligner que la trajectoire de la politique dépendra entièrement des informations reçues qui influent sur les perspectives économiques", a insisté l'institution.

La précédente réunion entre M. Trump et M. Powell remontait à février.