Les mois prochains risquent d'être mouvementés pour le monde financier et économique, et ils auront d'importantes conséquences pour votre portefeuille. Depuis l'éclatement de la crise financière, il y a dix ans, la Banque centrale européenne (BCE) a gardé les taux d'intérêt artificiellement bas dans l'espoir de stimuler l'économie. Et de deux façons. Pour commencer, des taux d'intérêt bas permettent d'emprunter à un tarif bon marché. Si on emprunte davantage, par exemple pour acheter une maison ou installer un nouveau toit, cela stimule l'économie. D'autre part, les taux bas font que les livrets d'épargne ne rapportent presque plus rien. Cela peut inciter les épargnants à mettre moins d'argent sur un livret d'épargne et à investir davantage. Cela aussi c'est bon pour l'économie.
...

Les mois prochains risquent d'être mouvementés pour le monde financier et économique, et ils auront d'importantes conséquences pour votre portefeuille. Depuis l'éclatement de la crise financière, il y a dix ans, la Banque centrale européenne (BCE) a gardé les taux d'intérêt artificiellement bas dans l'espoir de stimuler l'économie. Et de deux façons. Pour commencer, des taux d'intérêt bas permettent d'emprunter à un tarif bon marché. Si on emprunte davantage, par exemple pour acheter une maison ou installer un nouveau toit, cela stimule l'économie. D'autre part, les taux bas font que les livrets d'épargne ne rapportent presque plus rien. Cela peut inciter les épargnants à mettre moins d'argent sur un livret d'épargne et à investir davantage. Cela aussi c'est bon pour l'économie. L'économie va mieux. L'année dernière, la Belgique a connu une croissance d'1,7% du produit intérieur brut (PIB), pour l'Europe, celui-ci était même de 2,5%. Depuis 2017, l'économie n'avait plus progressé autant, et pratiquement tous les économistes s'attendent à ce que la croissance économique dure encore un peu. La conséquence, c'est que le BCE changera lentement son fusil d'épaule. On s'attend à ce qu'à partir de septembre elle mette prudemment fin à la politique de taux d'intérêt très bas. Les taux d'intérêt repartiront donc à la hausse, la fin de l'argent bon marché est en vue. Qu'est-ce que cela signifie concrètement ? Commençons par les livrets d'épargne, qui après dix ans de taux d'intérêts extrêmement bas sont encore très appréciés par les Belges. 1. Épargner Cette dernière décennie, le Belge a obstinément continué à épargner sur les livrets d'épargne, même si ceux-ci ne rapportaient plus rien. Les taux sur un livret d'épargne classique étaient de 0,11%, mais l'année dernière, l'inflation (la hausse du coût de la vie) était de 2,1%. Cela signifie que l'argent sur un livret d'épargne vous appauvrissait de 2%. Concrètement : celui qui mettait 100 000 euros sur un compte-épargne, perdait 2000 euros suite aux intérêts bas et à l'inflation élevée. Cela changera-t-il si la BCE augmente les taux? Pas immédiatement. Les banques augmenteront très progressivement les taux sur les produits d'épargne tels que les bons de caisse et les comptes à terme, mais il n'est pas encore question d'une hausse des taux sur les livrets d'épargne. Cette année encore, suite à l'inflation, l'argent sur le livret d'épargne entraînera plutôt un appauvrissement qu'un enrichissement. Après, l'argent sur un livret d'épargne entraîne également un certain nombre d'avantages. Ainsi, on ne peut jamais tout perdre, l'État se porte garant pour 100 000 euros par compte-épargne. En outre, on peut disposer immédiatement de cette épargne. C'est pourquoi on conseille souvent de constituer tout de même une réserve financière, au cas où la machine à laver rendrait l'âme, par exemple. L'ampleur de cette réserve dépend d'un certain nombre de facteurs, tels que votre âge, votre situation familiale, votre revenu, et si vous disposez ou pas de votre propre habitation. La règle pratique, c'est d'avoir une réserve de six à douze fois votre salaire mensuel net. 2. Placer Vous pourriez aussi placer une partie de votre argent, par exemple en bourse, dans l'espoir que cela rapporte plus que le livret d'épargne. 2017 a été une très bonne année pour la bourse bruxelloise : le Bel 20, l'index des vingt actions principales à la bourse bruxelloise, a noté plus de 10% de bénéfices. Et sans compter les dividendes. Pour 2018 aussi, les perspectives sont roses - rien qu'en janvier, le Bel 20 a progressé de 3,7%. Investir en actions peut donc rapporter nettement plus qu'un livret d'épargne, mais on peut aussi perdre beaucoup plus. Pensez à l'action Fortis "bon père de famille" qui en quelques semaines ne valait presque plus rien. Aussi, voici quelques conseils. Méfiez-vous des conseillers qui vous promettent des châteaux en Espagne. Ne croyez pas non plus les employés de banque sur parole, ils débitent souvent des boniments. Achetez au moins vingt actions différentes pour répartir les risques. Et méfiez-vous des coûts si vous voulez investir en fonds d'investissement, car ces derniers grignotent les bénéfices.Vous pouvez évidemment aussi vous montrer aventureux et investir en art, en voitures, en montres, en antiquités ou en ... bitcoins. Mais réalisez bien que le risque est très élevé. Si on dit que vous pouvez uniquement placer de l'argent qui ne vous est pas indispensable, c'est certainement le cas de ce genre d'investissements alternatifs. 3.Investir Évidemment, vous pouvez aussi investir votre argent, dans une maison par exemple. C'est ce que font encore toujours la plupart des Belges. L'année dernière, un nombre record de maisons et d'appartements ont été vendus. Beaucoup de compatriotes ont emprunté de l'argent, à un tarif historiquement bas grâce à la politique de taux bas de la BCE. À présent, que cela prend doucement fin, les taux sur les crédits hypothécaires augmenteront également lentement. Emprunter sera donc moins attrayant. Cependant, les prix des maisons et des appartements ne baisseront pas pour autant. La banque KBC s'attend à ce qu'en 2018 les prix de l'immobilier augmentent encore de 2,5%. Beaucoup de compatriotes continuent à considérer une maison comme un bon investissement. C'est un pilier de pension supplémentaire, car d'ici que vous partiez en pension, l'emprunt est payé et il ne faut plus verser de loyer. Celui qui possède déjà une maison, peut investir pour la rendre moins énergivore, et placer un nouveau toit et de nouvelles fenêtres par exemple. Non seulement c'est bon pour l'environnement, mais cela permet de réduire la facture d'énergie. Et investir dans une seconde habitation ? Si vous pouvez profiter d'un appartement à la mer, ou d'une petite maison dans les Ardennes, vous devez décider vous-même quel budget vous voulez y consacrer. Mais si vous voulez arrondir vos fins de mois en louant de l'immobilier, vous devez bien faire vos devoirs et vous ne pouvez pas oublier qu'en tant que bailleur vous aurez à supporter beaucoup de frais. Vous pouvez évidemment aussi investir en d'autres choses, telles qu'un diplôme (supplémentaire) pour vous ou vos enfants. Cependant, le conseil précieux c'est : achetez un vélo. C'est bon pour la santé, bon pour l'environnement. Comptez 700 euros pour un vélo citadin et 2500 euros pour un vélo électrique. Et n'oubliez pas d'acheter aussi un gilet fluo (5 euros) et un casque (70 euros). Que les taux baissent ou augmentent, il se pourrait bien que ce vélo soit votre meilleur investissement.