Dans un communiqué, ce cabinet américain dit avoir déposé lundi auprès du Competition Appeal Tribunal une plainte au civil contre les banques britanniques Barclays et RBS, les américaines Citigroup et JPMorgan, ainsi que la suisse UBS.

Il agit dans le cadre d'une action de groupe au nom de fonds de pension, gérants d'actifs, fonds spéculatifs et des entreprises. Selon l'agence Bloomberg, les plaignants veulent obtenir plus d'un milliard de livres de dédommagements.

Cette procédure fait suite aux amendes infligées mi-mai par l'Union européenne à ces banques, sauf UBS, et à la japonaise MUFG, pour un montant total de 1,07 milliard d'euros pour des ententes entre leurs courtiers sur des opérations de changes entre 2007 et 2013.

Les courtiers de la banque suisse UBS étaient également impliqués mais cet établissement a dénoncé leurs agissements auprès de la Commission européenne et n'a pas eu à payer d'amende.

"Les amendes imposées aux banques par la Commission européenne ont été une première étape importante mais elles ne vont pas indemniser ceux qui ont souffert de pertes", explique Michael O'Higgins, à l'origine de la plainte et par ailleurs ancien président du régulateur des retraits au Royaume-Uni.