Crelan, née de la fusion entre le Crédit Agricole et Centea, était depuis un certain temps déjà à la recherche d'un acheteur pour sa banque en ligne Keytrade. Selon Luc Versele, le CEO de Crelan, le profil de risque de Keytrade (avec une offre de produits plus à risques et des clients actifs sur les marchés financiers) ne correspondait plus à l'image de banque coopérative et prudente du groupe.
...

Crelan, née de la fusion entre le Crédit Agricole et Centea, était depuis un certain temps déjà à la recherche d'un acheteur pour sa banque en ligne Keytrade. Selon Luc Versele, le CEO de Crelan, le profil de risque de Keytrade (avec une offre de produits plus à risques et des clients actifs sur les marchés financiers) ne correspondait plus à l'image de banque coopérative et prudente du groupe.Lundi, Crelan a annoncé le début de négociations exclusives avec la banque française Crédit Mutuel Arkéa au sujet de la vente de Keytrade. Celles-ci devraient mener à un accord définitif dans le courant du premier trimestre de 2016. Au cours des dernières années, Keytrade est devenue la première banque en ligne de Belgique avec plus de 200.000 clients et une offre de produits diversifiée.Le Crédit Mutuel Arkés est l'une des six caisses régionales constitutives du groupe de banque-assurance français Crédit Mutuel. Arkéa est la deuxième plus importante coopérative dans le groupe et a un ancrage régional en Bretagne, dans le Massif Central et dans le Sud-Ouest de la France. L'an dernier, le Crédit Mutuel Arkéa a fait un bénéfice de groupe de 269 millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 1,7 milliard pour la banque et l'assurance. La banque a des avoirs propres de 5,5 milliards d'euros pour un total bilantaire de 103 milliards d'euros.Dans notre pays, le Crédit Mutuel Arkés est surtout connu en tant que propriétaire de la banque en ligne Fortuneo. Avec celle-ci, Arkéa désire devenir un des leaders de la banque en ligne, tant en France qu'en Belgique. La banque ne publie pas de chiffres séparés au sujet de notre pays. En France et en Belgique, Fortuneo compte 310.000 clients et plus de 10 milliards d'euros de biens qui lui sont confiés, dont la part du lion se situe en France.Malgré l'acquisition du fonds de commerce de Cortal Consors en 2009, Fortuneo est resté un petit acteur en Belgique. La banque s'était lancée sur le marché en tant que courtier en ligne et n'est jamais parvenue depuis à transcender cette perception. Fortuneo offre pourtant, et ce depuis quelques années déjà, des comptes d'épargne à haut rendement, des comptes à terme et même des assurances-épargnes. Cette année, la banque était un des premiers acteurs à se lancer dans la gestion de fortune en ligne.Mais pour croître, il manquait à Fortuneo une marque forte, de la notoriété en Flandre et une grandeur d'échelle suffisante. La filiale du Crédit Mutuel Arkéa avait l'ambition d'être plus qu'un courtier en ligne, mais elle manquait de poids pour pouvoir développer son offre et agrandir sa clientèle. Avec l'acquisition de Keytrade, Fortuneo espère acheter ce qui lui fait défaut: notoriété, réputation et une base de clientèle solide.Keytrade a réussi au cours des dernières années à franchir un cap délicat, passer de courtier en ligne à banque en ligne. A l'exception du crédit, Keytrade offre presque tous les services bancaires en ligne (aussi bien l'épargne que les placements et les paiements). La banque a lourdement investi en informatique, marketing et développement de produits, ce qui a pesé sur les résultats. Malgré une belle marge d'intérêt et des commissions en hausse, Keytrade a réalisé l'an dernier 13,5 millions d'euros de bénéfice net, contre 15,6 millions d'euros un an plus tôt.La fusion de Fortuneo et de Keytrade est importante pour le paysage bancaire belge. Pour la première fois, une banque en ligne de premier plan, qui propose quasi tous les produits et services bancaires, est constituée; elle a en outre un actionnaire derrière elle qui croit dans la stratégie digitale. Au Crédit Mutuel Arkéa, on dit être prêt à investir dans la croissance et la position de marché de Fortuneo. Le groupe belge Crelan n'avait pas vraiment de stratégie d'expansion digitale, Keytrade devait financer ses propres plans.La combinaison de Fortuneo et Keytrade pourrait donner un coup d'accélérateur à la pénétration des banques directes en Belgique. Jusqu'à présent, les banques en ligne étaient surtout actives dans une certaine niche: soit avec des produits d'épargne (Rabobank, Evi, MoneYou, NIBC, ...), soit comme plateforme de placement (Keytrade, Fortuneo, Bolero, Binckbank,...). En conséquence, la pénétration est restée relativement limitée.Fin 2014, le volume d'épargne auprès des banques directes était estimé à 20 milliards d'euros dans notre pays et les actifs en portefeuille à 15 milliards d'euros. On estimait que 10% des Belges étaient clients auprès d'une banque en ligne.À mesure que l'offre de produits va augmenter, sous réserve que les banques en ligne maintiennent leurs tarifs attractifs, ce chiffre pourrait croître rapidement, ressort-il d'une étude de Roland Berger. Le consultant pense que d'ici 2020, un quart des Belges seront clients d'une banque directe. Si elles parviennent en plus à proposer des crédits en ligne, les banques directes pourront satisfaire leur ambition de s'imposer comme première banque d'un client. Cela ne paraît possible qu'avec le soutien d'une maison mère solide et engagée, tout comme le Crédit Mutuel Arkéa l'est pour Fortuneo/Keytrade.Le Crédit Mutuel est aussi actif dans le circuit bancaire classique en Belgique, mais via une autre de ses caisses régionales. Le Crédit Mutuel Nord Europe (CMNE) est en effet la maison mère de BKCP et de Beobank. La coopérative française a l'intention de fusionner ces deux banques belges. CMNE est la troisième plus importante caisse dans le groupe Crédit Mutuel, avec des activités dans les régions du Nord-Pas-de-Calais, la Picardie et la Champagne/Ardennes.